CultureFlash-infola une

Bendouda: L’industrie culturelle n’est pas à la hauteur de l’immense patrimoine culturel de notre pays

La ministre de la culture Malika Bendouda a annoncé aujourd’hui mardi que la nouvelle carte archéologique numérique dont dispose l’Algérie compte plus de 15 200 sites archéologiques.

L’invité de la radio nationale a souligné a estimé que cette carte constituait « un cadastre englobant 15.200 sites dont 7.640 recensés dans l’Atlas de Gsell et 7.652 nouveaux sites”, ajoutant que ladite carte “devra être renouvelée en permanence et sera bientôt disponible au large public sur le site électronique du ministère de la Culture et des Arts ».

La ministre a ajouté qu’ « il est attendu que cette carte archéologique sera renforcé par 20 mille sites, soit  plus  7 652 nouveaux sites ont été ajoutés aux 7 640 sites qui étaient présents dans l’Atlas archéologique, qui ont été réalisés en 1911 ».

Dans le même contexte, Bendouda a expliqué que « cette carte archéologique numérique montrera que l’Algérie est un pays profondément présent  dans l’histoire, la preuve est la récente découverte archéologique d’Aïn Boucherit à Sétif, qui remonte à 2,5 millions d’années.

La nouvelle carte permettra  de valoriser le patrimoine et de protéger les richesses du pays, mais elle fournit également un service pour les projets de développement et pour les opérateurs économiques dans l’encadrement de leurs projets sans préjudice de ces sites.

En revanche, le ministre de la Culture a admis que l’industrie culturelle en Algérie ne correspond pas à l’immense patrimoine culturel et n’a pas abouti à la création d’un véritable marché culturel.

Le ministre de la Culture a indiqué que le rapport sur la diversité culturelle que l’Algérie a déposé auprès de l’UNESCO en 2020 met en évidence toutes les composantes culturelles algériennes.

 

 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer