Flash-infola uneNational

Sofiane Djilali : « il y a des parties qui parlent au nom du Hirak, et ils veulent semé la Fitna

Le président de Jil Jadid Sofiane Djilali a annoncé ce mercredi  que le pays est actuellement confronté à une étape difficile, et que les restes de la bande tentent d’entraver le changement.

L’invité du Forum” Beur Tv” a déclaré que  “les restes de la isba essaient de bloquer le changement alors qu’ils mènent une contre-révolution”.

Il a ajouté: « Il y a une auto-bataille pour sortir d’une crise profonde, et ses racines remontent au passé. Le problème est non seulement un problème de puissance, mais un problème de gestion politique. »

Le même intervenant  a également abordé le problème de la caisse de retraite des cadres étatiques.

Soulignant que des dizaines de parlementaires bénéficient du fonds, et se demandant pourquoi seuls 3 d’entre eux ont été attaqués.

Sofiane Djilali considère qu’il ya un plan pour briser le dialogue demandé par le Président de la République.

Le président de Jil Jadid s’est également exprimé sur les dernières déclarations de sénateur du  FLN Abdelouahab Benzaim concernant les supposées retraites que perçoivent à ce jour  les anciens membres de conseil national de transition entre 1994 et 1997.

Djilali Soufin, s’est interrogé  « pourquoi Benzaim a parlé seulement de certaines personnes ? » selon lui, le sénateur d U FLN a cité « les présidents de partis qui on un rôle à jouer dans le dialogue » engagé dernièrement par le chef de l’Etat.

l’invité du Forum Beure TV , a décalé que l’ancien président Abdelaziz Bouteflika avait acheté les membres de l’Assemblée du peuple pour approuver l’adoption de la constitution de 2008, afin qu’il puisse rester au pouvoir.

à propos du FLN , le président de Jil Jadid propose de renommer le parti d’autant « qu’il est le propriété de tout le peuple algérien », démentant avoir « demandé à Tebboune de dissoudre le parti ».

à la même occasion,  l’intervenant, a ajouté que “l’Etat doit aider et prendre en charge les victimes du terrorisme et les retraités de l’armée, et prendre soin de leurs besoins”.

Avant d’ajouté  qu’il n’est pas possible de passer à la nouvelle Algérie en se taisant sur les institutions en grève et en soulevant des slogans anti-étatiques.

Dans le même contexte, il a expliqué que les nouveaux partis politiques  subissent de fortes pressions à tous les niveaux.

Le président de Jil Jadid Sofiane Djilali , qui est revenu sur plusieurs sujets d’actualité lors de son passage au forum de l’Algérie maintenant, a estimé qu’une partie du Hirak va droit dans le mur.

« Nous sommes parmi les premiers à être descendus dans la rue avec le Hirak pour demander le départ de l’ancien régime, mais je pense qu’une partie de ce mouvement populaire est soumise à des orientations idéologiques, ce qui représente vraiment un danger sur l’avenir de ce mouvement », met-il en garde.

Abondant dans le même sens, le président du parti Jil Jadid a appelé à se méfier de ceux qui parlent au nom de Hirak et qui ont pour objectif, selon lui, de semer la fitna.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer