Flash-infoInternationalla une

« L’ONU doit assumer ses responsabilités au Sahara occidental »

Carlos German Navas Talero :

Le vice-président du congrès colombien et ancien ministre de la justice, Carlos German Navas Talero a soutenu la cause sahraouie et les résolutions adoptées par l’Onu, Cependant, il  a déploré l’absence d’un nouvel émissaire onusien en déclarant, « nous tenons à réaffirmer qu’en l’absence d’un nouvel émissaire onusien, le Conseil et la communauté internationale devraient envisager toutes les méthodes alternatives et pacifiques pour faire avancer la voie politique. « L’ONU doit assumer ses responsabilités au Sahara occidental» a-t-il indiqué.

S’exprimant sur les ondes de la chaîne 3 de la Radio Algérienne, Il a souligné l’urgence de relancer les négociations politiques entre les parties au conflit au Sahara occidental et la nécessité de « préparer les conditions pour un nouveau cessez-le-feu, après la violation par le Maroc de celui de 1991 ».

En ajoutant « nous attends avec intérêt la nomination d’un nouvel envoyé personnel du secrétaire général pour le Sahara occidental, poste vacant depuis plus d’un an, pour appuyer les négociations des parties (Maroc/Front Polisario) et relancer le processus politique ».

En poursuivant « les deux parties en tant qu’Etats membres de l’UA, doivent préparer les conditions pour un nouveau cessez-le-feu, en étroite coordination avec le Conseil de paix et de sécurité de l’UA, conformément à toutes les dispositions pertinentes de son protocole, pour parvenir à une solution juste et durable du conflit au Sahara occidental occupé depuis 1975 ».

Le haut responsable colombien  a affirmé qu’« au cours des 45 années que le Conseil a été saisi de la question du Sahara occidental, peu de progrès ont été accomplis dans le processus de négociation pour rechercher une solution définitive au conflit ».

Il a affiché son engagement à sensibiliser « l’opinion publique en Colombie autour de la question du Sahara occidental et défendre la juste cause du peuple sahraoui pour son droit à l’autodétermination et à l’indépendance ».

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer