EconomieInternationalla une

Le prix du brent à plus de 56 dollars

Pétrole:

Les prix du pétrole regagnent du terrain aujourd’hui mardi et se retrouvent à leur plus haut niveau depuis dix mois et demi, dans un climat optimiste sur la reprise de la demande d’or noir.

Ainsi, le Brent ou brut de mer du nord, pour livraison en mars s’appréciait de 1,56% à Londres par rapport à la clôture de la veille, à 56,53 dollars. Le baril américain, le West Texas Intermediate (WTI) pour le mois de février avançait de son côté de 1,47% à 53,02 dollars.

Les cours des deux contrats de référence sont respectivement montés à 56,75 dollars et 53,26 dollars le baril un peu plus tôt dans la journée, une première depuis la fin du mois de février dernier.

« Le pétrole poursuit sa phase de redressement », a constaté Carlo Alberto De Casa, analyste d’ActivTrades. En ajoutant que « la modeste baisse observée hier, lundi, dans les premiers échanges n’était qu’une pause temporaire, les investisseurs continuent de parier sur la poursuite de la reprise de la demande mondiale au cours des prochains mois, après une année 2020 difficile ».

Il faut rappeler qu’ « en 2020, la demande d’or noir a été plombée par la pandémie de Covid-19 et les confinements qui ont été imposés, limitant les déplacements à travers le monde ».

Avec la reprise graduelle des activités l’optimisme du marché est justifié par « les campagnes de vaccination massives contre le Covid-19 qui ont débuté à travers le monde, même si celles-ci ne suffiront pas à garantir une immunité collective en 2021 » a affirmé lundi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

En début d’année, les signes d’un équilibre soutenu du marché du pétrole ont commencé à transparaitre, mais la hausse annonce une embellie qui réduit  fortement « les risques que le rééquilibrage du marché ne déraille » ont indiqué, les analystes de Goldman Sachs, notamment après la réduction de la production de l’Arabie saoudite décidée la semaine dernière, à savoir, une coupe volontaire, hors de l’accord des membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de leurs alliés de l’OPEP+, d’un million de barils par jour en février et mars comme autre facteur de soutien des prix du brut. En outre, si la tendance haussière persiste, « les prix du brut, peuvent atteindre les 65 dollars d’ici l’été 2021, prédisent des analystes.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer