Economiela uneNational

Le câble sous-marin à fibre optique reliant l’Algérie à l’Espagne enfin opérationnel

Internet

Inauguré en décembre en décembre 2019, le système de câble sous-marin en fibre optique Alval/Orval (reliant Alger et Oran à Valence en Espagne) est enfin opérationnel, selon le ministère de la Poste et des Télécommunications.

La mise en exploitation de ce nouveau câble permettra à l’Algérie de disposer, à terme, d’une capacité allant jusqu’à 40 Térabits, soit près de 20 fois les besoins actuels du pays, améliorant, ainsi, de manière sensible le débit internet.

Brahim Boumzar, Ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, a  expliqué aux Algériens que le câble ORVAL / ALVAL, qui relie les villes d’Oran et Alger à Valence en Espagne, est entrée officiellement en service. Le même ministre a expliqué que le câble est entré en service le 31 décembre, après avoir enregistré un retard dû à des raisons techniques.

D’un coût de 27 millions de dollars, Arval/Orval est le premier système sous-marin géré “à 100% par l’Algérie, fournissant une totale indépendance au pays”, en particulier avec la création, en 2016, d’Algérie Télécom Europe en Espagne afin de représenter l’Algérie dans la mise en œuvre du système et son exploitation économique.

Le nouveau système devrait permettre de gérer “efficacement” le flux d’internet entrant et sortant de l’Algérie, le transfert de DATA tout en augmentant la vitesse et le flux d’informations vers l’Algérie, mais aussi les capacités de connexion à domicile et dans les entreprises, selon le ministère de la Poste et des Télécommunications.

Selon le site du ministère de la Poste et des Télécommunications, le câble Alval/Orval est doté de 4 paires de fibres optiques reliant les trois stations. Il délivrera initialement 3×100 Gigabits/s par paire de fibres et peut augmenter jusqu’à 10 Terabits/s par paire de fibre, soit un total de 40 Térabits/s, en utilisant la dernière technologie à 100 Gb/s pour chaque longueur d’onde.

Ce projet permet de doubler et protéger efficacement (redondance en cas de catastrophe naturelle) les deux liaisons sous-marines Alger-Palma (Alpal2) au centre et Annaba-Marseille (SMW4) à l’Est, d’offrir une diversité des points d’atterrissement à l’international et d’augmenter la capacité de l’opérateur historique Algérie Télécom dans le domaine des communications et du haut débit Internet.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer