la uneNationalSociété-santé

Le ministère de la santé tire la sonnette d’alarme

Intoxication au monoxyde de carbone

En raison des fortes baisses de température, le Ministère de la Santé de la Population et de la Réforme Hospitalière rappelle dans un communiqué ce 6 janvier, les mesures préventives générales et la sensibilisation du grand public sur les risques liés aux intoxications au monoxyde de carbone.

Le même communiqué,  souligne « la nécessité du contrôle tous les ans des installations de chauffage et de production d’eau chaude par un professionnel qualifié (chaudière, chauffe-eau, chauffe-bain, cheminée, poêle…) ».

Il est aussi primordial d’aérer « son logement quotidiennement pendant 10 minutes au moins et ne jamais obstruer les aérations du logement même en hiver », aussi ne pas « utiliser d’appareils mobiles de chauffage d’appoint que dans les pièces convenablement ventilées et par intermittence ».

Dans le même contexte, il ne faut « jamais faire fonctionner un moteur de voiture dans un garage fermé ». Mais aussi « respecter les consignes d’utilisation des appareils de chauffage, et surtout ne jamais utiliser d’appareils non destinés à l’usage de chauffage tel que la cuisinières ».

Le monoxyde de carbone (CO) est « un gaz asphyxiant invisible, inodore et très toxique. Il est le résultat d’une mauvaise combustion, quelle que soit la source d’énergie utilisée (butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane…) » rappellera le ministère.

A noter également que sa « densité est voisine de celle de l’air. Il se diffuse donc très vite dans l’environnement. Il  prend de l’oxygène dans le sang. Il pénètre dans les globules rouges, se fixe sur l’hémoglobine et empêche l’oxygénation des cellules pouvant ainsi entraîner la mort ».

« Dans un cas d’intoxication aigue au monoxyde de carbone les symptômes se manifestent le plus souvent, par des signes de malaise avec des nausées, vertiges et maux de tête, elle présente ensuite une Grande faiblesse et difficultés à se déplacer parfois une Confusion » rappelle le communiqué.

Le même communiqué averti que « la victime peut aussi perdre connaissance et si les secours n’arrivent pas à ce moment, elle va sombrer dans le Coma, elle pourra mourir en moins d’une heure ».

En cas d’apparition de ces symptômes, les victimes doivent appeler immédiatement le SAMU, la Protection Civile ou s’approcher du centre de santé de proximité le plus proche.

 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer