la uneNationalSociété-santé

Une dispensation de la méthadone pour lutter contre la toxicomanie en Algérie

Pour lutter contre la toxicomanie, en Algérie, une dispensation de la méthadone à travers une expérience-pilote, a été lancée, en premier lieu dans l’Etablissement hospitalier spécialisé (EHS) Frantz-Fanon de Blida, avant qu’elle ne soit étendue à l’échelle nationale, a affirmé le ministre délégué chargé de la réforme hospitalière, Pr Ismail Mesbah.

Mesbah a relevé lors d’une cérémonie de lancement du produit thérapeutique, organisée au siège du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière que « ce traitement contribuera à l’insertion sociale des sujets souffrant d’addictologie. Je me réjouis du lancement de la dispensation de la méthadone en Algérie ».

« C’est une réalité intangible, car accompagnée d’une volonté politique indiscutable et soutenue par l’engagement des professionnels de la santé et de la société civile », a déclaré le même responsable.

Cette initiative se fera, dans un premier lieu, au niveau du service de lutte contre la toxicomanie, relevant de l’Etablissement hospitalier spécialisé (EHS) Frantz-Fanon de Blida, avant qu’elle ne soit étendue à l’échelle nationale et ce, après évaluation de l’expérience à mi-parcours, soit dans six (6) mois, a expliqué le même responsable, préconisant ainsi une “démarche prudentielle” de l’usage de ce produit.

Le ministre délégué s’est engagé à « veiller à l’accès à la méthadone avec l’extrême vigilance”, ainsi qu’à en assurer “la disponibilité régulière, continue et en quantité suffisante, à travers l’implication de la Pharmacie centrale des Hôpitaux (PCH) ».

Le même responsable  affirme dans ce contexte, les effets dévastateurs  de la toxicomanie sur les jeunes, il dira sur cela c’est « moyen irremplaçable » à même de venir en aide à ceux souffrant d’addictologie et à leur assurer une “réinsertion sociale, en même temps qu’il les protégera, ainsi que le reste de la société, contre l’usage des drogues injectables ».

« La maîtrise de la dépendance pour les usagers contribuera, sans nul doute, à fédérer la société civile, les pouvoirs publics, ainsi que tous les partenaires à atteindre les objectifs en matière de lutte contre la toxicomanie et qui s’appuient sur les réalisations déjà engagées », a poursuivi le ministre délégué, rappelant  l’existence d’un bon nombre de centres intermédiaires de soins en addictologie, à travers le territoire national.

Le ministre précisera à cet effet, que « l’aboutissement à cette dispensation est le fruit d’une longue et complexe procédure, le sous-directeur de la Promotion de la Santé mentale au ministère de la Santé, Pr Mohamed Chakali, a tenu à mettre en garde contre la menace des opioïdes ».

« Le respect de la législation en matière de prescription de ce médicament, avant d’insister sur la formation du personnel qualifié” afin d’en doter les centres dédiés à la lutte contre la toxicomanie » a-t-il affirmé.

Le chef de service spécialisé de l’EHS de Blida, Nadir Bourbon, a confié que 50 % des patients pris en charge par cette structure sont issus, outre de Blida, d’Alger et de Médéa, alors que 33 % de l’ensemble des malades de l’Etablissement s’y rendent pour des soucis d’addictologie.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer