EconomieFlash-infola une

Plus de 70% des entreprises Ansej, en difficulté financière

Nassim Diafat

Sur les 380.000 entreprises créées dans le cadre du dispositif Ansej, plus de 70% sont actuellement en crise et n’arrivent pas à rembourser leurs crédits, nécessitant notamment le retraitement de leurs créances conjointement avec les banques.

Ces entreprises sont en crise et nécessitent une prise en charge, selon le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la micro-entreprise Nassim Diafat qui s’exprimait dans un entretien à l’APS, notamment à travers le rééchelonnement de leurs dettes et la possibilité de disposer de plans de charge.

Le ministre a révélé que « ces micro-entreprises vont bénéficier, du rééchelonnement de leurs créances pouvant aller jusqu’à cinq (05) année et d’un différé de paiement allant jusqu’à douze (12) mois, avec un effacement des agios, des intérêts, des pénalités de retard, des frais commissions et taxes ».

Il a fait savoir que « ces mesures d’aide aux entreprises en difficulté ont été prises conformément aux orientations du président de la République, qui avait mis l’accent sur l’intégration des micro-entreprises Ansej dans le plan de relance économique ».

En expliquant que « les micro-entreprises financées dans le cadre du dispositif géré par l’Ansej n’ont pas trouvées les conditions et le cadre qui favorisent leur émergence et leur développement, contribuant à leur échec, malgré la mobilisation d’importantes ressources ».

Concernant « les entreprises dont les activités ne peuvent être réhabilitées et/ou qui sont dans l’incapacité d’honorer leurs créances, M. Diafat a dévoilé qu’ « un traitement spécifique sera réservé à ces cas, pouvant aller à leur exemption du remboursement de leurs créances ».

Sont concernées par cette mesure « des micro-entreprises sinistrées durant les catastrophes naturelles (inondations /séismes), des entreprises dont les promoteurs sont décédés ou présentant une incapacité physique ou mentale avérée, des promoteurs ayant un équipement obsolète, ainsi que des micro-entreprises indemnisées par le fonds de garantie dont les équipements ont été saisis et/ou vendus par les banques ».

Ainsi, selon le responsable « les mesures décidées et les actions engagées par les pouvoirs publics visent, à mettre en place les conditions permettant aux micro-entreprises d’exercer leurs activités et de se développer, notamment en leur offrant la possibilité de disposer de plans de charge. Celles-ci permettront aussi la réhabilitation d’un maximum de micro-entreprises en difficulté, en mesure de relancer leurs activités ».

A cet effet « des conventions ont été signées avec plusieurs départements, pour la réservation de plan de charge dans le cadre des marchés publics ou dans la cadre de la sous-traitance dans les secteurs des eaux et de l’hydraulique, de la télécommunication, du tourisme et de l’artisanat, la jeunesse et des sports, des mines et de l’environnement, de l’industrie et de l’habitat. D’autres dispositions sont, en outre, envisagées en faveur des micro-entreprises »a-t-il affirmé.

Il s’agit, selon M.Diafat, « de la suspension de toute poursuite judiciaire des promoteurs en difficulté, du renforcement de leurs compétences techniques à travers des programmes de formations, de la possibilité de bénéficier d’un refinancement pour réhabiliter leurs projets et de crédits d’exploitation pour faire face aux problèmes de trésorerie ».

F.H

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer