Economiela uneNational

Lazhar Hani: Le secteur des transports a subi de lourdes pertes

Le ministre des Transports Lazhar Hani, a annoncé, ce mardi 29 décembre, le lancement du premier incubateur des start-up «Trans-Tec», destiné aux entreprises émergentes, qui contribuera à booster la croissance et à créer un dynamisme qui se reflétera dans la vie des individus socialement et économiquement.

Le ministre a affirmé, en marge de l’inauguration de l’incubateur : « il s’agit du premier incubateur en Algérie, qui vient d’être lancé aujourd’hui, et qui relève des directives du président de la République ». Ajoutant : « Le ministre a ajouté que le gouvernement cherchait à numériser l’administration conformément au plan du gouvernement et du ministère des Transports ».

Cet incubateur, selon le même responsable « contribuera à booster la croissance et à créer un dynamisme qui se reflétera dans la vie des individus socialement et économiquement ». Il dira également, que le secteur des transports avait cruellement besoin de solutions et d’innovations permettant de gagner du temps.

D’autres parts, Lazhar Hani, rappelle que son  ministère accorde la plus grande importance à l’utilisation des technologies modernes dans le secteur.

Le ministre a ajouté que l’Algérie avait eu recours à l’option d’importer des technologies de l’étranger, ce qui alourdissait la trésorerie, en particulier la maintenance en devises fortes. A cet effet, il a assuré qu’un plan de travail a été mis en place pour stimuler et encourager le secteur des transports à tirer parti des compétences locales pour permettre une véritable transformation numérique du secteur.

« L’incubateur qui a été lancé est destiné aux entreprises émergentes dans le domaine des transports à coopérer avec le ministère de la Poste et en partenariat avec le ministère délégué en charge de l’économie de la connaissance et des Start-up » ajoute la même source. L’incubateur est venu contribuer et enrichir le climat des affaires des entreprises et la coopération entre les start-up pour créer des projets innovants au niveau socioéconomique.

Par ailleurs, le ministre a confirmé, que le secteur des transports a subi de lourdes pertes en raison de la pandémie de la Covid-19. Concernant l’ouverture des frontières, le même responsable, indiquera  « ce n’est pas une prérogative du ministère des transports, mais plutôt une décision prise par les autorités supérieures ».

Lazhar Hani a ajouté que les pertes de la compagnie aérienne Air Algérie s’élèvent  à 40 milliards de dinars, et que le transport maritime a perdu 9 milliards de dinars à cause de l’épidémie. Il a également ajouté que le retour des transports terrestres entre wilayas est lié à la maîtrise de la situation épidémique.

accompagné du  Ministre de la Poste et des Télécommunications M. Brahim Boumzar et le Ministre Délégué auprès du Premier Ministre Chargé de l’Economie de la Connaissance et des Start-up M. Yacine El Mahdi Oualid, cet incubateur est un espace  de rencontres entre les innovateurs algériens et les entreprises du secteur afin de concrétiser des projets novateurs à fort impact sur l’économie et la qualité de vie du citoyen,  NaqlTech est porté par une équipe jeune et dynamique dédiée, décidée  à écrire et à remodeler le transport de demain, aujourd’hui.

Secteur stratégique   

« Le secteur des transports est l’un des secteurs stratégiques et pivots, qui contribue à la croissance et à la création d’un dynamisme qui se reflète dans tous les secteurs, économique, social, et dans la vie quotidienne des individus », a affirmé le ministre. Il ajoutera : « Le choix de le moderniser et de le développer à travers différents supports numériques et technologiques est devenu plus qu’inévitable, à travers des solutions économiques et des innovations. Pour du temps, des efforts et de l’argent ».

Sur cette base, « le plan d’action du ministère et la feuille de route lignée attache la plus haute importance à l’utilisation des technologies numériques et modernes à tous les niveaux, au fait que notre secteur est un secteur de services avec distinction et est étroitement lié aux besoins fondamentaux des citoyens et cherche à travers un certain nombre de mesures à mettre en place un cadre pratique pour stimuler, encourager et développer l’innovation » aborde le même responsable.  Poursuivant : cela est « afin de bénéficier des compétences locales disponibles et de la créativité des start-up algériennes, afin de permettre la véritable transformation numérique du secteur ».

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer