EconomieFlash-infola une

 Rezig « Le délai de retrait du Registre de commerce électronique prolongé au 30 juin 2021 »

Commerce

Le ministre du Commerce Kamel Rezig, a annoncé, hier, la prolongation au 30 juin 2021 du délai imparti aux commerçants pour le retrait du Registre de commerce électronique. Le ministre du commerce a déclaré que le secteur a prolongé le délai de six mois aux commerçants retardataires à numériser leur registre du commerce.

Tout en présidant les travaux du Comité national d’éthique de l’activité commerciale, qui comprend plusieurs sous-comités de secteurs variés, Rezig, a affirmé que parmi les lacunes qui empêchent l’encadrement de l’activité commerciale sur le terrain est le non respect de la réglementation et de la législation en vigueur concernant l’utilisation obligatoire de la facture et les conditions d’Hygiène et le non respect de la sécurité sanitaire des produits et de leur conformité aux lois et exigences de qualité. Il a souligné qu’il y a «un manque voire une méconnaissance des professionnels de la législation et de la réglementation en vigueur encadrant l’activité commerciale».

Le ministre a également souligné le grand nombre de personnes impliquées dans le processus commercial et à toutes les étapes avant que le produit n’atteigne le consommateur final. M. Rezig a souligné que l’une des principales tâches du Comité mixte d’éthique des affaires, créé en avril dernier, est de créer un système commercial solide en assurant l’organisation et le développement réels du travail commercial et en établissant des systèmes qui améliorent la protection des consommateurs et le respect de l’éthique de cette activité.

Il a expliqué que le comité a été chargé de contrôler et de réglementer le marché en révisant les textes juridiques, en mettant à jour les conditions d’exercice de l’activité commerciale, en développant les moyens de stockage et de distribution sur le marché, ainsi qu’en établissant des règles de contrôle efficaces pour lutter contre la fraude et la spéculation et en révisant les procédures régissant l’activité commerciale tout en soumettant des propositions qui Cela créerait une entreprise commerciale et lui redonnerait son prestige.

Il vise également à réguler les marchés et à exploiter divers espaces commerciaux, en plus de re-numériser les transactions commerciales, comme la vulgarisation de l’utilisation du paiement électronique. De son côté, le ministre délégué chargé du commerce extérieur, Issa Bekkai, a souligné que la mise en place d’un comité d’éthique de l’activité commerciale traduit le souci de la suprématie de l’éthique aux côtés de la loi, qui permet la protection du consommateur dans tous ses droits (garantie, hygiène, sécurité des produits et respect de la conformité).

Sur le dossier du commerce extérieur, Bekkai, a indiqué que la création d’une activité commerciale permettra une révision de la balance commerciale qui confirme la fragilité de l’économie du pays, qui dépend principalement des hydrocarbures.

A cet égard, a-t-il dit, “Nous travaillerons par l’éthique dans la profession pour créer un équilibre dans la balance commerciale à travers plusieurs mesures, dont la plus importante est le principe de spécialisation des importateurs, la réglementation des importations et l’encouragement des exportations”.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer