EconomieFlash-infola une

Aymen Benabderrahmane :« de nouveaux billets à partir de la nouvelle année »

Adoption à l'unanimité du projet de loi de règlement budgétaire 2018

Les membres du Conseil de la nation ont adopté ce lundi  à l’unanimité le projet de loi portant règlement budgétaire pour l’exercice 2018, lors d’une plénière présidée par présidée par Salah Goudjil, président du Conseil par intérim, en présence de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar et nombre de ministres.

Dans un exposé concis présenté devant les membres de la chambre haute du Parlement, M. Benabderrahmane a fait savoir que le déficit budgétaire en 2018 avait atteint 2.203,3 mds DA soit 10,74% du PIB tandis que les dépenses publiques avaient atteint 8.441,6 Mds DA, dont 4.488,31 Mds DA de dépenses de gestion et 3953,29 Mds DA de dépenses d’équipement soit une augmentation de 1.648,6 mds DA par rapport à 2017.

Evoquant les indicateurs ayant caractérisé l’exercice financier 2018, M. Benabderrahmane a indiqué que le taux de croissance en 2018 avait atteint 1,4% avec une hausse de 0,1% par rapport à 2017. Le PIB en 2018 était de 20.259 mds DA. Concernant le taux d’inflation, il a atteint 4,3% avec un recul de 1,2% par rapport à l’année 2017.

Par ailleurs, les exonérations fiscales enregistrées dans le cadre de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), de l’Agence nationale de l’emploi (ANEM) et de l’Agence Nationale de gestion du Micro-crédit (ANGEM), ont été estimées, lors de la même période, à 904,3 mds DA.

Dans une déclaration au sénat, à l’occasion de sa réponse aux questions des sénateurs sur le projet de loi de règlement budgétaire de 2018, le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a affirmé l’apparition et la distribution de nouveaux billets, à partir de la nouvelle année.

Par ailleurs, le ministre a souligné que les réserves de change ne s’érodaient pas rapidement, contrairement à ce sur quoi les rapports nationaux et internationaux ont parié, soulignant que l’Algérie dispose d’importantes réserves de change.

à la même occasion, le ministre des Finances a déclaré que les bureaux de change seront destinés aux étrangers et non pour les Algériens .Les bureaux de change dans les pays voisins ont étaient créé pour répondre aux touristes et elle ne peut pas être ouverte aux résidents, car c’est illégal en Algérie.

En outre, les préoccupations des membres de la commission ont porté sur la dépréciation du dinar ces dernières années, comparé aux monnaies étrangères, et l’impératif de soutenir l’économie productive et de lever la obstacles bureaucratiques, en faveur des investissements locaux et étrangers.

Ils ont insisté, en outre, sur l’importance de relancer le développement local, notamment dans les régions suscitant l’hésitation des responsables à prendre des décisions, de peur de la reddition des comptes.

Les membres de la commission ont appelé le ministère de tutelle a annoncé le volume des crédits contractés par les opérateurs économiques auprès des banques publiques pour la réalisation de leurs projets.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer