Flash-infola uneNational

Le soutien de l’Algérie aux mouvements de libération à travers le monde est une « chose sacrée »

Noureddine Djoudi, ancien diplomate

L’ancien diplomate algérien et ancien secrétaire général adjoint de l’Organisation de l’unité africaine (aujourd’hui l’Union africaine), Noureddine Djoudi, a déclaré samedi, à l’occasion du 42e anniversaire du départ de l’ancien président Houari Boumediene, que «l’engagement ferme» de l’Algérie envers les mouvements de libération est une «affaire sacrée».

Lors d’une conférence tenu ce samedi  sous le théme”Houari Boumediene et les mouvements de libération” organisé par l’Association Mechaal Ech-Chahid, en coordination avec le Palais de la Culture, Moufdi Zakaria, l’ancien diplomate a déclaré, “l’ancien Président Houari Boumediene a toujours considéré que le soutien de l’Algérie aux mouvements de libération est un devoir sacré, en particulier pour soutenir la lutte du peuple palestinien, et les  peuples  qui sont sous l’égide du colonialisme et de la discrimination raciale en Afrique, “notant que ces positions” sont fixées pour l’Algérie et ont été inspirées par nos ancêtres “.

M.Djoudi , a affirmé que le regretté Président “tenait à consolider les valeurs constantes de l’Algérie parmi les diplomates algériens en soutenant tous les mouvements de libération, que ce soit en Afrique ou en Asie, et à l’objectif du mouvement de libération au Timor oriental, malgré l’amitié entre l’Algérie et l’Indonésie”.

« Boumediene, a concrétisé  la libération de la Palestine et de tous les pays africains qui sont sous le l’égide du colonialisme et de la discrimination raciale un objectif constant après l’indépendance de l’Algérie”, notant qu’il a toujours répété qu’il y avait “une seconde guerre  sacré et c’est la libération de l’Afrique et de la Palestine. ”

À cet égard, il a évoqué “le soutien apporté par l’Algérie aux mouvements de libération au Mozambique à travers la formation de l’armée algérienne pour 200 membres de son armée, ainsi que le mouvement de libération en Angola”, louant “l’enthousiasme que Boumediene avait à soutenir la libération de tous les pays qui ont souffert du colonialisme et de la discrimination”. Raciste », rappelant la position de l’Algérie en faveur de l’Afrique du Sud aux Nations Unies.

Au passage, la diplomate Judy a affirmé que le Président de la République, M. Abdelmadjid  Tebboune, “adhère” à la ferme position de l’Algérie en faveur des causes justes, en particulier la cause palestinienne, et “suit les mêmes traces que le Président Boumediene”.

En ce qui concerne la question sahraouie, M. Djoudi,a rappelé la décision prise par le roi Hassan II du Maroc et son ferme engagement d’organiser un référendum pour déterminer le sort du peuple sahraoui. « À l’époque, j’étais sous-secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine, ou un groupe de chefs d’État et de gouvernement africains a félicité le roi du Maroc quand il a dit «  j’accepte officiellement l’organisation du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui ».

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer