Flash-infola uneNational

Slimane Chenine dénonce le troc irrationnel et immoral du Maroc

journée parlementaire "pour l’application du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination"

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine, a renouvelé ce mercredi  le soutien de l’Algérie à la lutte du peuple sahraoui pour obtenir son indépendance, dénonçant «le troc irrationnel et immoral du Maroc contre la normalisation avec l’entité sioniste».

Lors d’une journée parlementaire organisé par la commission des affaires étrangères au niveau de l’APN, en collaboration avec le groupe d’amitié algéro-sahraoui, sous le thème « l’activation du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination ».

“La déclaration du président américain sortant au sujet du Sahara occidental ne pourra en aucun cas modifier la nature juridique et historique du Sahara occidental”, a précisé M. Chenine .

Attaché à ses “droits légitimes intransgressibles, irréductibles et inaliénables”, le peuple sahraoui est déterminé à “poursuivre la résistance légitime, sous toutes ses formes, dans le but de défendre son droit à l’autodétermination et à l’exercice de sa souveraineté sur son territoire”, a-t-il ajouté.

Pour M. Chenine, les événements survenus à El-Gueguerat “ont clairement influencé le processus de résistance du peuple sahraoui, en mettant en échec les stratégies de blackouts médiatiques, de contrevérités politiques et de la tergiversation de la diplomatie marocaine au niveau du Conseil de sécurité”.

“La cause sahraouie est désormais plus visible médiatiquement, au sein de l’ONU, de l’Union africaine (UA) et de toutes les instances internationales qui soutiennent la cause sahraouie et appellent à la nécessité pour le Conseil de sécurité d’assumer ses responsabilités dans la prise des décisions indispensables à la relance du processus de règlement”, a-t-il ajouté.

Un processus, qui doit passer par la nomination de l’envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, tout en obligeant le Maroc à “respecter le cessez-le-feu conclu en septembre 1991, la protection des civils sahraouis des politiques de répression marocaines, ainsi que par l’interdiction du pillage des richesses minières et halieutiques sahraouies”poursuit M. Chenine.

Selon le président de l’APN, le Secrétaire général de l’ONU “doit consulter son Conseiller juridique sur le caractère illégal de l’ouverture de représentations diplomatiques étrangères dans les territoires occupés du Sahara occidental”, avant de rappeler la nécessité de permettre à la Minurso d’organiser un référendum d’autodétermination au Sahara occidental dans les plus brefs délais.

Et de rappeler que “l’autodétermination est un droit garanti dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), la résolution onusienne 1514 et dans les différents pactes régionaux relatifs aux droits de l’Homme, dont la Charte africaine des droits de l’Homme et des Peuples”.

Soulignant que ce droit “incombe à tous les pays de contribuer efficacement à faciliter l’exercice de ce droit et à ne pas l’hypothéquer par leurs calculs géopolitiques et économiques”.

Le président de l’APN a rappelé, par la même occasion, les positions de l’Algérie à l’égard du droit des peuples à l’autodétermination, qui “sont fondées sur des principes inébranlables, loin de tous calculs géopolitiques”, ce qui place l’Algérie à “l’avant-garde de la défense du droit à l’autodétermination, en étant un acteur proactif contribuant à la sécurité, la paix et la stabilité régionales et internationales, dans une logique de solidarité fondée sur la légitimité internationale.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer