Flash-infola uneNational

“l’expansion marocaine représente une menace pour le Maghreb arabe”

L'ambassadeur sahraoui à Alger

L’ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à Alger, Abdelkader Taleb Omar, a rappelé ce mercredi  que la majorité des pays, y compris les grandes puissances, soutiennent le peuple sahraoui.

Lors d’une journée parlementaire organisé par la commission des affaires étrangères au niveau de l’APN, en collaboration avec le groupe d’amitié algéro-sahraoui, sous le thème « l’activation du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination »,  l’ambassadeur a dénoncé l’expansion marocaine.

“Il a souligné que la normalisation des relation entre le Maroc et l’entité sioniste représente une menace constante pour tous les pays du Maghreb arabes”, a souligné Abdelkader Taleb Omar.

D’autre part, l’ambassadeur a souligné que la position de Donald Trump en faveur du Maroc a été condamnée par de nombreux pays.

Il a expliqué que cela confirme l’attachement de la communauté internationale au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. L’ambassadeur a souligné que la position de Trump est en dehors de la légitimité internationale.

L’intervenant a révélé que les forces d’occupation marocaines ont subi des pertes humaines et économiques depuis le cessez-le-feu. Il a fait savoir, en outre, que “le régime marocain tend à retourner à la période précédant le 13 novembre “pour imposer le blocage et la stagnation et faire ainsi du plan de paix un autre de renonciation”.

“L’intention du Maroc de ne pas organiser un référendum s’est dévoilée en 2001 après l’annonce des résultats de l’action du comité d’identification et du nombre de votants réclamant l’indépendance”, rappelle le diplomate sahraoui, précisant que “le Maroc entrave, depuis, le processus en présentant d’autres solutions dont l’autonomie”.

“le peuple sahraoui poursuivra sa lutte pour achever sa souveraineté sur les territoires de la RASD et la démocratie comme facteur d’équilibre et de stabilité dans la région et pour assurer une paix permanente et juste sur la base des chartes fondatrices de l’Union africaine et des Nations Unies” a conclu l’ambassadeur.

Fatma El Mehdi “de nos jours, la lutte sahraouie prend de nouvelles formes”

La ministre de la coopération sahraouie, Fatma El Mehdi, lors de son intervention aux travaux de la  journée parlementaire placée sous le thème “Pour l’application du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination”,  a déclaré que, “l’Algérie depuis son indépendance a pris fait et cause pour “le droit des peuples à l’autodétermination”, en particulier celui des Sahraouis et des Palestiniens, dont elle est un des soutiens les plus vocaux.

En présence du corps diplomatique accrédité en Algérie et nombre de personnalités nationales et d’experts, Fatma El Mehdi qui est une militante du Sahara occidental qui vit dans un camp de réfugiés a souligné que” l’Algérie à l’honneur de rester à la tête de tous les pays qui soutiennent les peuples qui luttent pour obtenir leur liberté . c’est ma réponse à ceux qui disent que l’Algérie à des intérêts aux Sahara occidentale”.

Igor Beliaev “nous soutenons toutes les décisions de l’ONU au Sahara Occidental”

L’ambassadeur de Russie en Algérie, Igor Beliaev, a déclaré que son pays est membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU a voté pour mettre en œuvre toutes les résolutions de l’ONU au Sahara occidental.

Beliaev a réaffirmé, la position de principe de la Russie en faveur  du règlement du conflit au Sahara occidental sur la base des principes  universellement reconnus du droit international.

Beliaev a mis l’accent sur l’importance de mettre en œuvre les mécanismes et résolutions de l’ONU sur le conflit au Sahara Occidental, rappelant que son pays a toujours joué un rôle clé dans la question sahraouie.

Dans ce contexte, l’ambassadeur russe a mis en exergue “la position de  principe de la Russie en faveur du règlement des problèmes du Sahara occidental “exclusivement par des méthodes politiques et diplomatiques  fondées sur les principes universellement reconnus du droit international”.

Le diplomate russe avait appelé, en outre, les Nations Unies à “désigner au plus vite un envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara Occidental”, en remplacement de Horst Köhler qui avait démissionné en mai 2019, pour la reprise du processus politique”.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer