la uneNational

Chikhi : Le dossier de la Mémoire nationale bloque en raison de la mauvaise foi du parti français

Le conseiller auprès de la Présidence de la République, chargé des Archives nationales et de la mémoire nationale, Abdelmadjid Chikhi, a confirmé que le dossier de récupération des archives et de la mémoire nationale est en arrêt en raison de la mauvaise foi du parti français.

Chikhi a ainsi fait savoir que « depuis plus de 6 mois se sont écoulés depuis qu’il a été nommé par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en tant que représentant de la partie algérienne dans le travail en cours avec l’Etat français sur les dossiers liés à la mémoire nationale et à la restaurations des archives nationales. Avec mon homologue français, Benjamin Stora, nous avons discuté seulement deux fois par téléphone ».

L’intervenant a indiqué, lors de son intervention à la radio algérienne que «  son homologue français a prétendu qu’il était entrain de préparer un rapport portant sur ce projet, et cela à la demande du président français Emmanuel Macron, et qu’il ne pouvait pas parler de ce dossier avant de remettre cette décision aux autorités françaises ».

Chikhi a également expliqué que « il n’est pas possible de tourner la page du passé car le fichier mémoire fait partie intégrante de l’histoire de l’Algérie, le dialogue est la solution la plus appropriée pour calmer les pensées, surtout si des canaux appropriés sont utilisés pour la réussite des négociations ».

Le conseiller du président de la République chargé a ajouté: «L’opinion publique française n’est pas unie face au passé colonial de la France ». Soulignant l’existence de lobbies et d’associations français influents qui font « obstacle aux négociations sous prétexte que nous nous sommes emparés « selon leur croyance » de leurs terres et de leurs biens ».

Concernant la question des archives, Chikhi a déclaré: “Ce dossier ne fait pas partie du fichier mémoire. Jusqu’à présent deux personnes ont été désignées des côtés algérien et français pour étudier ce dossier et créer les conditions et le terrain. La question est plus difficile en raison des obstacles mis en place par les autorités françaises ».

D’autre part, Chikhi a révélé que l’Algérie a récupéré quelques crânes des martyrs et héros de la résistance par rapport au grand nombre de crânes qui sont  la France, soulignant que «les 24 crânes qui ont été récupérés auprès des dirigeants de la résistance populaire et de leurs camarades de partout au pays, ne sont qu’une première étape. Le travail n’est pas terminé, il se poursuivra jusqu’à ce que tous les crânes soient récupérés ».

« Le recours à l’arbitrage international pour récupérer les archives comporte des risques et peut entraîner sa destruction par un comportement imprudent. L’arbitrage international ne peut être utilisé que si l’intégrité des archives est garantie ».

Enfin, le directeur général des Archives nationales a révélé que « une réunion se tiendra ce mardi avec tous les secteurs concernés par ce dossier pour étudier ce qui peut être mis en place en termes de travail et de structures ». Indiquant que « le système éducatif est la structure de base de l’éducation de la jeune génération ».

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer