Flash-infola uneNationalRégional

Manque d’oxygène, situation épidémiologique, tests sérologiques

Benbouzid s'exprime

Le ministre de la santé Abderrahmane Benbouzid, a révélé aujourd’hui, samedi, que la situation épidémiologique est maîtrisée au niveau de la wilaya de Boumerdès.

En marge d’une visite de travail effectuée dans la wilaya de Boumerdes, le ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid a affirmé que la situation épidémiologique en Algérie est sous contrôle et qu’elle « n’est pas complètement différente de reste de monde.

Accompagné par Brahim Boumzar ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Benbouzid, a assuré  que  le nombre  de lits, et de fournitures médicales et de médicaments disponibles au niveau les établissements hospitaliers est suffisant, précisant que le nombre de lits et la capacité d’accueil des malades  qui a atteint 60 %.

Evoquant le problème de manque d’oxygène au niveau des structures de santé, Benbouzid a estimé que cela revient à l’utilisation excessive de cette matière.

Dans le même contexte, le ministre a affirmé que la wilaya de Boumerdés  possède les quantités suffisantes d’oxygène don un réservoir d’oxygène à l’hôpital de Bordj Menail, et un autre à l’hôpital de Dellys.

En outre, concernant le tarif des tests sérologiques de la Covid-19 qui sera disponible pour bientôt en Algérie, Benbouzid a annoncé que les prix il sera  10 fois inférieur à celui de l’examen PCR.

« Le test sérologique, le ministre de la santé a expliqué qu’il s’agit d’une prise de sang pour vérifier si le patient a développé les anticorps ou pas, malgré que le résultat est rende au bout de 15 minutes, sa fiabilité est remise en question », a-t-il expliqué.

Soulignant que l’utilisation de ces réactifs ne nécessite pas de laboratoire et que le patient peut les utiliser n’importe où.

Quant à l’examen «scanner», le ministre de la santé a déclaré que son résultat n’est pas garanti, notamment en conjonction avec la saison hivernale, où la grippe saisonnière se propage, et qu’il est donc difficile d’identifier le virus Corona.

Vaccin anti-Coronavirus : l’Algérie est dans une démarche très prudentielle

S’agissant de l’acquisition du vaccin anti-Coronavirus, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Pr Abderrahmane Benbouzid, a réitéré l’engagement de l’Etat à faire “le meilleur choix” de ce produit pour la population.

“L’acquisition du vaccin anti-Coronavirus prendra le temps qu’il faudra et ce, au même titre que les autres pays. Il y a des pays qui avancent des dates avant d’en donner d’autres. Nous sommes dans une démarche très prudentielle face à la multitude des vaccins annoncés”, a déclaré le ministre.

Tout en assurant s’appuyer sur “les compétences nationales” pour décider du vaccin à commander, l’hôte de l’émission “Santé MAG” a réitéré l’engagement des pouvoirs publics à “faire le choix du meilleur vaccin pour la population”, sur les plans du “coût, de la qualité et du risque”.

Et de noter qu'”à ce jour, il n’existe pas de vaccination de masse, hormis dans certains pays ayant expérimenté la phase 3 en recourant à des volontaires”, précisant “attendre” le mois prochain, durant lequel est annoncée, par certains pays, la mise sur le marché d’un vaccin destiné à  mettre fin à cette pandémie mondiale.

« Quoi qu’il en soit,  l’Etat a initié les contacts nécessaires avec de nombreuses parties dans un effort pour acquérir ce vaccin », a souligné Benbouzid.

En réponse à une question sur la fiabilité des chiffres fournis sur le nombre quotidien de personnes infectées par cette épidémie, le ministre a expliqué que les autorités publiques compétentes n’ont aucun intérêt à augmenter ou à  réduire le nombre de personnes infectées, indiquant que “l’augmentation quotidienne actuellement enregistrée ses derniers jours est maîtrisée.

Benbouzid a salué l’initiative de l’Armée Nationale Populaire (ANP), qui a conversé temporaire l’hôtel militaire du Centre de regroupement et de préparation des équipes sportives militaires en une structure sanitaire dédiée exclusivement à la prise en charge des citoyens malades contaminés de la Covid-19.

Il a assuré que le ministère de la santé a pris toutes les précautions nécessaires pour faire face aux pires scénarios en élaborant un plan «B» qui comprend notamment la mise en Interchangeable avec plusieurs installations et structures à utiliser comme hôpitaux de campagne en cas de besoin.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer