Flash-infola uneNational

Pour Lyes Merabet “la situation est en train de se détériorer et de s’aggraver”

Coronavirus en Algérie

Alors que le nombre de contaminations à travers le pays ne cesse d’augmenter, franchissant la barre des 900 cas au cours des dernières 24 heures, le président du Syndicat national des Praticiens de la Santé publique (SNPSP), Dr Lyés Merabet , a indiqué qu’après un calme relatif, “la situation sanitaire en Algérie « est en train de s’aggraver, chaque jour », avec un flux de malades « de plus en plus important » vers les établissements hospitaliers, y engendrant, dit-il, « une pression terrible, au détriment de la prise en charge d’autres pathologies”.

S’exprimant, ce mardi, à l’émission l’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, il observe que « tous les services de santé affichent complet », empêchant de placer un malade « nécessitant une place en soins intensifs ». Cela indique clairement, selon lui, que la situation « est en train de se détériorer et de s’aggraver ».

Pour l’intervenant, la priorité, aujourd’hui, est de pouvoir disposer, le plus rapidement possible, des moyens de protection, lesquels, observe-t-il, « font actuellement défaut ».

Après que le nombre des contaminations ait, à un moment, chuté, commente-t-il, cela a donné l’impression que l’effort consenti au début de la pandémie « n’était plus nécessaire », entraînant de fait un relâchement à tous les niveaux, « y compris en matière de disponibilité de tous les moyens de protection ».

Aux fin de juguler « ce fléau », l’intervenant estime « qu’on aurait pu, depuis des mois, s’organiser autrement », en aménageant, face à l’urgence du moment, des espaces de soins de grande capacité, gérés par des pools sanitaires pluridisciplinaires.

L’invité a également appelé à revoir totalement le circuit de prise en charge des malades et celui du dépistage, de créer des espaces ou confiner les personnes porteuses du virus, et d’autres réservés aux personnels de la santé, citant l’exemple du Palais des Expositions (Safex) à Alger, tout en préconisant également des “lieux de confinement” des personnes contaminées afin de les “isoler” du reste de la population et “casser ainsi la chaîne de transmissions”.

“Nous pouvons aller rapidement dans ce sens, tant que nous avons les moyens et le temps”, a-t-il recommandé, rappelant les expériences positives menées par certains pays étrangers au début de l’apparition de la pandémie mondiale.

Tout en soulignant que cette mesure assurerait “en même temps, un confinement pour le personnel de la santé”, Dr. Merabet a ajouté que cette option permettrait également “la prise en charge des autres besoins en soins et que les contaminations en hausse au Coronavirus ne cessent de greffer”.

“Il y a une instruction pour dégager d’autres structures en dehors des hôpitaux, comme les polycliniques, afin de les consacrer à la prise en charge du Coronavirus. Cela n’est pas suffisant en raison de la saturation de ces structures et ne fera que compliquer le travail des professionnels de la santé, tout en pénalisant les malades”, a-t-il expliqué.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer