la uneNational

Les conséquences du relâchement

Hausse du nombre de cas de la Covid-19

La récente recrudescence des cas de Covid-19 après la stabilisation observée au mois de septembre est due au relâchement de nombreux citoyens qui ne respectent pas les mesures barrières, selon des spécialistes.

Pour le chef de service à l’Etablissement public hospitalier (EPH) de Rouiba, Pr Kamel Djenouhat, le relâchement des citoyens qui ne respectent plus les mesures barrières contre le coronavirus est à l’origine de la recrudescence des cas enregistrée depuis quelques jours.

Le spécialiste a pointé la défaillance de la stratégie de communication du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus qui a rassuré les citoyens lorsque il y avait 330 cas de contamination. C’était une “erreur” qui a amené certaines franges de la société à prendre l’épidémie à la légère et à délaisser les gestes barrières qui restent nécessaires pour enrayer sa propagation, a-t-il affirmé.

Selon le Pr. Djenouhat, la recrudescence des cas est également due à la transigeance à faire respecter les mesures barrières en ne les accompagnant pas de sanctions comme lors de l’apparition du virus, mettant en garde contre une deuxième vague de l’épidémie avec l’arrivée du froid.

La plupart des services de réanimation des hôpitaux du pays sont actuellement saturés, a averti le président de la Société algérienne d’immunologie, prévenant que si en plus le virus de la grippe saisonnière commence à circuler, ça ne sera pas évident pour le système de santé et il sera difficile pour les pouvoirs publics de garder la situation sous contrôle.

Le Pr. Madjid Bessaha, chef de service de médecine légale à l’EHU de Beni Messous (Alger), a, lui aussi, tiré la sonnette d’alarme sur la situation “catastrophique” au niveau des services des urgences dédiés à la prise en charge des cas de Covid-19, appelant à revoir l’organisation et la gestion actuelles pour lutter contre cette épidémie.

Il a préconisé, dans ce cadre, la mise en place d’une organisation pour trier les patients Covid qui se rendent aux services des urgences, en assurant les compétences médicales nécessaires pour prendre en charge la situation sanitaire dans ces services, notamment durant la nuit où les médecins de garde assurent seuls sans l’aide des autres services, a-t-il dit.

En une seule nuit, le service a reçu quelque 150 malades suspects de Covid-19, une situation que les médecins de garde ont eu du mal à gérer, n’ayant pu hospitaliser que trois malades seulement pour manque de lits”, a-t-t-il indiqué.

Pour le chef de service épidémiologie à l’EHU Frantz-Fanon de Blida, Abderrezak Bouamra, la situation pandémique actuelle est “inquiétante” vu le nombre des malades qui affluent quotidiennement vers les hôpitaux et dont les résultats du test PCR sont positifs.

Concernant la prise en charge des malades à l’EHU Blida, Pr Bouamra a fait état de l’ouverture, samedi, du centre de greffe rénale pour élargir la prise en charge des malades, de même pour les services de cardiologie, d’orthopédie, de traumatologie et de neurologie qui ont enregistré un taux élevé d’hospitalisation.

Pour sa part, le Directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie, Fawzi Derrar a annoncé l’acquisition, cette semaine, d’un matériel pour le test PCR avec une capacité de 1500 à 2000 tests/jour, ce qui permettra aux laboratoires et hôpitaux de répondre au nombre des cas et d’obtenir les résultats des tests en temps réel.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer