EconomieInternationalla une

Les prix mondiaux des produits alimentaires en hausse pour le 5ème mois consécutif

Selon la FAO

L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a indiqué dans un rapport publié hier, que les cours mondiaux des produits alimentaires ont continué à progresser en octobre, pour le cinquième mois consécutif, en particulier ceux des céréales, du sucre, des produits laitiers et des huiles végétales.

L’indice FAO qui mesure les prix internationaux des produits alimentaires les plus échangées, a atteint 100.9 points en octobre 2020, soit une augmentation de 3,1% par rapport au mois de septembre et 6% plus élevé qu’en octobre 2019.

L’indice FAO des prix des céréales a gagné 7,2 % par rapport au mois de septembre et 16,5 % par rapport à octobre 2019.

Cette augmentation est imputable principalement aux cours du blé, dans un contexte où les disponibilités à l’exportation se resserrent, les conditions de culture en Argentine étant mauvaises tandis que la sécheresse prolongée influencent les semis hivernaux de blé en Europe, en Amérique du Nord et dans la région de la mer Noire.

La pression haussière des prix du maïs, de l’orge destinée à l’alimentation animale et du sorgho s’est également maintenue en octobre, tandis que les cours du riz ont fléchi.

L’indice FAO des prix des huiles végétales a progressé de 1,8 % en octobre, atteignant ainsi son plus haut niveau en neuf mois, en raison de l’affermissement des cours de l’huile de palme et de l’huile de soja. En revanche, les prix de l’huile de colza ont légèrement diminué face à l’incertitude accrue concernant la demande dans l’Union européenne (UE), incertitude qui découle de l’aggravation récente de la pandémie de la covid-19 dans l’ensemble de la région.

L’indice FAO des prix des produits laitiers a augmenté de 2,2 %, les plus fortes hausses étant enregistrées par le fromage, suivi du lait écrémé en poudre, du lait entier en poudre et du beurre. L’accroissement des prix en octobre refléte la contraction du marché pour les livraisons à court terme, sous-tendue par une forte demande à l’importation émanant de l’Asie et du Moyen-Orient.

L’indice FAO des prix du sucre a grimpé de 7,6 %, avec la perspective d’une production plus faible à la fois au Brésil et en Inde, les deux plus grands pays producteurs de sucre du monde.

L’indice FAO des prix de la viande, à l’inverse, a diminué de 0,5 % en octobre. Cette baisse, qui se poursuit depuis neuf mois, s’explique par la chute des cours de la viande de porcins sous l’influence continue des restrictions imposées par la Chine sur les importations venant d’Allemagne.

Les prix de la viande de bovins et de la chair de volaille ont également fléchi, tandis que ceux de la viande d’ovins ont augmenté sous l’effet d’une demande interne stable et d’une offre faible à l’exportation.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer