International

La Banque mondiale examine l’annulation de la dette des pays les plus pauvres

La Banque mondiale (BM) examine ce  mardi la proposition d’annulation des dettes des pays les plus pauvres, dans le cadre de ses assemblées annuelles qui se tiennent virtuellement du 12 au 18 octobre.

Dans une note publiée, à cette occasion, la BM a souligné qu’« avant même l’apparition du nouveau coronavirus (Covid-19), nombre d’économies émergentes et en développement étaient confrontées à un net alourdissement de leur endettement public. La pandémie n’a fait qu’aggraver cette situation».

La réunion de la Banque mondiale vise ainsi à “désamorcer la crise de la dette” au niveau global, comme l’indique le thème choisi pour cette rencontre.

Participent à ce panel, des créanciers et des experts en restructuration de la dette qui risque, par ailleurs, de freiner la reprise après la pandémie de la Covid-19.

« Comment les créanciers privés peuvent-ils concourir efficacement aux processus de restructuration des dettes souveraines ? Pourquoi ces processus sont-ils aujourd’hui plus lourds et difficiles à mettre en place ? Face à ces difficultés, quels sont les principaux éléments d’une solution globale ? », sont les principales questions inscrites à l’ordre du jour.

Selon un rapport publié par la BM, lundi 12 octobre, “la dette extérieure totale des pays éligibles à l’initiative de suspension du service de la dette (DSSI) a augmenté de 9,5% pour atteindre un record de 744 milliards de dollars en 2019 par rapport à l’année précédente”.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer