la uneNational

Des sanctions strictes contre le personnel de sécurité «en manque de rigueur» dans les hôpitaux

Ministère de la Santé

Le ministère de la Santé a lancé un ensemble de mesures visant à imposer la discipline et la rigueur au niveau des institutions et des structures de santé. Il a, également ordonné à ses responsables dans toutes les wilayas de commencer à réhabiliter le système de sécurité au sein des établissements de santé et hospitaliers et de tous les organismes sous tutelle, tout en surveillant les performances des agents de prévention et de sécurité et en mettant à jour le système de sécurité au sein des institutions.

En outre, le ministère a défini les tâches de toutes les agences de sécurité intérieure, à commencer par les responsables de la sécurité au niveau des établissements de santé, ainsi que les chefs de groupe et d’agents. Il a aussi ordonné à ses responsables dans toutes les wilayas de commencer à réhabiliter le système de sécurité au sein des établissements de santé et hospitaliers et de tous ses organes affiliés, tout en surveillant les performances des agents de prévention et de sécurité et en mettant à jour le système de sécurité au sein de l’établissement. Le ministère de la Santé a également insisté sur la nécessité d’appliquer les mesures punitives nécessaires contre les agents «en manque de rigueur» pour assurer le sérieux et l’engagement au travail.

À cet égard, un mémorandum relatif à la remise en état du système de sécurité intérieure, sous le no 834, publié le 30 septembre 2020, adressée aux directeurs de la santé de toutes les wilayas, aux directeurs généraux des établissements sous tutelle, des centres hospitaliers universitaires, ainsi que les établissements hospitaliers et de santé, fait état de l’adoption par les services du ministre Benbouzid d’un plan opérationnel pour le groupe d’activités liées aux tâches et les obligations assignées au personnel de prévention et de sécurité, dans le but d’améliorer les performances et la vigilance.

L’élaboration du plan est intervenue sur fond de rapport préparé par le groupe de travail chargé de diagnostiquer la situation sécuritaire au niveau des institutions et des établissements sanitaires, qui a confirmé l’existence d’un «défaut» majeur dans la mise en œuvre du système de sécurité interne et un chevauchement des tâches entre les différents service.

Un problème qui concerne notamment les agents, le rapport ayant mis en cause le «manque de sérieux et d’engagement» dans leur travail. Ce qui constitue l’une des causes des bagarres enregistrés au niveau des différents services hospitaliers, notamment au service d’urgence.

Quant aux responsables de la sécurité au niveau des établissements de santé, ils ont été affectés, selon les recommandations du groupe de travail, à informer le directeur de l’établissement de toute question liée à la sécurité intérieure, et à répartir le personnel de sécurité entre les différents services en fonction des menaces et des risques, avec la nécessité d’utiliser au mieux le système de surveillance visuelle des points sensibles et l’intérêt du service des urgences, et de travailler à la mise à jour du plan de sécurité intérieur des établissements.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer