Economie

Les pays africains auront besoin de 1.200 milliards $ pour réparer les dégâts économiques de la pandémie

Selon le FMI

Pour pallier les dégâts économiques de la pandémie de la Covid-19, les pays africains auraient besoin d’environ 1200 milliards $ (1,2 billion $) supplémentaires. L’information émane de Kristalina Georgieva, Directrice du FMI, dans une récente déclaration, où elle appelle notamment à plus d’aide envers les Etats subsahariens.

« Nous tous – pays et institutions – devons faire plus pour aider l’Afrique à faire face à la prochaine phase, qui est la construction d’une reprise de cette crise », selon Mme Georgieva.

Si le Fonds monétaire international, et sa sœur jumelle la Banque mondiale, ont significativement augmenté leurs appuis envers le continent (en fournissant respectivement environ 26 milliards $ à plus de 40 pays, et 21,9 milliards $ en prêts), il faudrait néanmoins en faire plus, dans un contexte où les prêts privés restent déjà modérés, souligne la Bulgare, à la tête du FMI depuis octobre 2019.

Déjà, estime l’institution de Bretton Woods, la région verra son PIB se contracter de 2,5 % en 2020, l’un des pires ralentissements que le continent ait jamais connus, et devrait faire face à un déficit de financement de 345 milliards $, jusqu’en 2023.

À terme, 43 millions de personnes pourraient être poussées dans l’extrême pauvreté, ce qui annulerait les progrès été réalisés sur les cinq dernières année, s’alarme-t-on depuis Washington.

Ceci étant, si les bonnes intentions du FMI sont louables, on ne peut s’empêcher de noter que le continent a déjà su déjouer, cette année, une bonne part des scénarios catastrophes qui avaient été anticipés, en faisant notamment preuve d’une grande résilience. Ce qui a été possible d’un point de vue sanitaire, pourrait également l’être d’un point de vue économique.

R. E.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer