Culture

Ismahane Mezouar, émotion et humanisme   

Art plastique

Plasticienne, Ismahane Mezouar signe “Repères en fragments”. Autour d’une exposition qui se déroule au Musée d’art et d’histoire de la ville de Tlemcen, le vernissage a eu lieu  en présence d’un nombre d’artistes et de responsables du secteur de la culture de la wilaya.

Dans le strict respect du protocole sanitaire mis en place pour lutter contre la Covid-19, la rencontre picturale est initiée par le Centre des arts et des expositions (Carex) de Tlemcen. Une belle entame de cette institution jusque-là en suspens de ses activités sur plusieurs mois, en raison  de la crise sanitaire.

En  individuel pour la première fois, l’artiste invite, à travers vingt toiles. Toutes inspirées de ses émotions et sensations, ce qui imprègne à ses oeuvres de l’atmosphère et de la couleur. En fait, Ismahane Mezouar fait dans l’art abstrait qu’elle fait  se moquer allègrement du réalisme, vu l’achalandage  d’une perspective et  décomposition du mouvement.

Une ouverture sur des horizons empreints de philosophie et d’humanisme. Un naturel qu’elle confesse : “Je peins comme ça vient. Pour elle, « Repères en fragments »  porte  son inspiration  qui émane de l’espace dans lequel elle se lâche en émotion et sensation. Ismahane a jusque-là, participé à des expositions collectives dans la capitale, à Oran et Tlemcen.

Une belle illustration que cette manifestation artistique d’une jeune plasticienne, choisie d’être mise en valeur par le centre des arts et des expositions. Ce dernier veut donner la part belle  aux nouvelles  tendances artistiques les plus prisées dans le monde artistique.

Un accompagnement et encouragement des jeunes talents dans leur itinéraire créatif, selon les propos du  directeur du Carex, Amine Boudefla.

S.A.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer