Culture

Avec Kan, nous aurons toujours 20 ans 

Le producteur et animateur de la Chaîne 3 Ahmed Chellaoua n’est plus 

Qui ne connaît pas Kan sur la chaîne trois n’est point nostalgique. Lui qui animait  l’émission musicale, « Hier, j’avais 20 ans », est une voix inexorablement résonnante des ondes de la Radio nationale. Kan n’est plus depuis hier. Son cœur éreinté, s’est laissé choir sur ce souvenir d’un homme de culture, éminemment épris de musique, de la bonne. Producteur et animateur depuis de longues années, Ahmed Chellaoua, de son vrai nom, tonnait avec allégresse et joie de vivre.

Un bonheur de vivre et un humour omniprésent, contagieux, partagé avec ses acolytes en studio, ses invités et ses auditeurs qui pouvaient commander leur chanson et c’est parti en un quart de tour. Comme par magie, il remettait au goût du jour les chansons d’antan. Les années 1960, 70, et même 80  étaient rediffusées, telles qu’elles étaient consommées sans modération.

Les générations de ces années-là qui ont aujourd’hui, 60 ans, et plus, la cinquantaine, ou même la quarantaine, ont eu ce loisir tous les jeudis de revenir à leur jeunesse, accompagnées d’artistes occidentaux et nationaux pour revivifier ce passé auquel collent des pratiques, des comportement, l’habillement, les moeurs musicales, la culture et une vie du pays, une autre Algérie, un autre Alger celui des réveils matins odorants de café sur les grands terrasses de La Casbah, que le jasmin et le chèvrefeuille parfument, les déambulations dans Didouche-Mourad, Larbi-Ben-M’hidi, l’iode chatouillant les narines de la baie d’El Mahroussa, les bouiboui de la sardine et des crustacés, du thé à la menthe qui singularise les après-midi algérois, mouillés d’un crachin bon à s’y faire tremper le log du front de mer…  L’ouïe enchantée par du chaabi, celui du Cardinal, des noms indéfectibles de la chanson populaire algéroise, du Constantinois, de Mostaganem…

Les auditeurs invités à écouter leurs émotions chantantes algériennes, bedoui, oranais, kabyle, andalou, malouf… occidentale, la chanson française, les tubes anglais, les mémorables américains, jazz, blues, country, la part belle à la mélodie algérienne dans tous ses contours. De Khelifi Ahmed, en passant par Nora, Hadj M’rizek, Zahi, Souki, Toutah, Fekaï,  Fadéla Dziria, Guerouabi, Seloua… et la liste est encore longue quand on fredonne les Brel, Dassin, Aznavour, Mathieux, Ferrat, Ferré et autres noms de la chanson mondiale. Et quels échanges alors entre ces auditrices qui retombent dans leur prime jeunesse, ces auditeurs qui se revoient insouciants, patte d’éléphant, cheveux longs… les souvenirs affluent à l’antenne, les potes se retrouvent, se reconnaissent, les échanges et les retrouvailles s’épanouissent. Avec au gouvernail, Kan, qui raconte, informe, conte, laisse aller à la confidence celles et ceux qui remontent avec lui et ses chansons, le temps des nostalgiques qui fait rire, qui fait remonter les regrets, titille les cœurs et emplit les esprits.

De beaux clins d’œil complices d’une vie antérieure qui anime les studios de la chaîne 3 une heure tous les jeudis de 14h à 15 h, puis l’émission se voit déprogrammée ces derniers temps au soir le samedi mais avec la même vivacité du ton, la même vigueur lorsqu’il reçoit des chanteurs ou même des gens proches de la culture. Car, lui aimait le cinéma, le théâtre en plus de la chanson, ses référents lorsqu’il passait une chanson. Et quand c’est l’auditeur qui choisissait, il exauçait ses vœux non sans lui demander le pourquoi de cette préférence, parce que derrière Kan y  voir indéniablement une histoire même courte qu’il se fait raconter, un lieu, une amourette, un mariage, une école, un voyage…

Hier la Trois relançait sur les ondes les chansons qu’il aimait à nous faire écouter. Dans un bel hommage que Kan aurait aimé certainement. Comme lui le faisait lorsque advient la disparition d’une voix. ‘’El Barah kan fi omri âachrin’’ (Hier,  j’avais 20 ans), ce refrain qui va demeurer dans nos têtes nous fera toujours penser à Kan, qui manquera aux ondes mais pas que…

Saliha Aouès           

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer