International

La moitié de la population du Karabakh déplacée

Poutine veut la fin de la guerre arméno-azerbaidjanaise

La moitié de la population du Nagorny Karabakh a été déplacée par les hostilités entre ce territoire séparatiste peuplé d’Arméniens et l’Azerbaïdjan, ont annoncé les autorités ce mercredi, un conflit qualifié de “tragédie” par Vladimir Poutine.

Des ONG, la Croix-Rouge et le médiateur franco-américano-russe dans cette crise ont dénoncé ces derniers jours le nombre croissant de victimes civiles depuis le début des affrontements le 27 septembre.

Les belligérants ont quant à eux ignoré tous les appels à la trêve. “C’est une énorme tragédie”, a jugé le président russe. “Nous appelons, j’insiste là-dessus, à un cessez-le-feu. Et c’est au plus vite qu’il faut le faire”, a dit M. Poutine. Au 11e jour des combats, “environ 50 % de la population (du Nagorny Karabakh) a été déplacée, dont 90 % des femmes et des enfants”, a assuré à l’AFP Artak Belgarian, le médiateur de cette république auto-proclamée, soit 70.000 à 75.000 personnes.

Le Nagorny Karabakh est peuplé d’environ 140.000 habitants, à 99 % des Arméniens ethniques, les Azéris ayant fui, une conséquence de la guerre des années 1990. Les autorités de ce territoire accusent l’Azerbaïdjan de pilonner aveuglement Stepanakert, leur capitale, depuis vendredi, forçant la majeure partie des quelque 50.000 habitants à partir et les autres à se terrer dans des caves.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer