Culture

Un café, un livre

Tlemcen

En ces temps de disette culturelle et de situation sanitaire complexe, il est venu à l’esprit d’un propriétaire d’une cafeteria d’offrir plus qu’un café ou tout autre breuvage à ses clients. Un jeune cafetier qui accueille les passagers et les habitués de la maison avec… un livre ! Et oui, de la lecture qui accompagne la tasse de café ou le verre de thé et ce dès l’ouverture.

Le consommateur d’abord surpris se contente de regarder ces livres placés au bon endroit à travers toute la salle, pensant à une lubie décorative ou esthétique du cafetier, n’ose pas s’en approcher. Le tir est vite rectifié par le propriétaire qui tend un ouvrage à son client en même temps qu’il le sert. Puis lui propose de chercher lui-même le titre qui l’intéresse. Aussitôt dit, aussitôt fait. Le bouche à oreille ayant fait le reste, le café ne désemplit pas. Au grand bonheur de son responsable.

Au cœur de la ville, cette initiative est sur toutes les lèvres. Et ce ne sont pas les lecteurs potentiels à Tlemcen, jadis capitale du rayonnement culturel dans le grand Maghreb. La dynastie des Zianides est passée par là qui manquent en ce temps de pandémie avec laquelle ils savent devoir composer. Un lieu de lecture qui se veut combler un tant soit peu ce manque d’espace livresque à même d’apporter un peu de détente et de savoir dans la communauté.

Une virée dans ce café bien achalandé en livres laisse entrevoir une ambiance des plus intellectuelles et des plus sereines aussi, bien loin du brouhaha habitude de ce genre d’endroit public. Une première qui a trouvé preneur et même,  adhérents.

Car, à cette initiative pilote, centres culturels, librairies, bibliothèques municipales contribuent de leur propre chef. Ils approvisionnent le cafetier en livres, trop heureux de savoir autant d’engouement pour la lecture, insoupçonnée jusque-là.

Un bien-être général qui s’éprend des Tlémceniens. Un régal pour les yeux dans cette nouveauté vécu avec bonheur. Tel que les témoignages des consommateurs lecteurs sont venus conforter cette belle œuvre singulière. Une fréquentation évidemment accompagnée du respect strict des mesures barrière dictées par la pandémie de la Covid 19.

Une belle aubaine  que ce virus, on dirait eu égard à toutes ces bonnes volontés réunies autour de l’acte culturel proprement dit et pensé. Le cafetier qui avoue son penchant pour la lecture tient à partager cette passion avec ses concitoyens qui  affluent au café pour s’imprégner des écrits d’écrivains nationaux et étrangers en passant par les locaux dans les deux langues arabe et français, à l’image du grand Mohamed Dib, natif de Tlemcen, fierté de la région et dont on célèbre le centenaire de la naissance cette année.

S.Aouès.      

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer