Régional

Perspectives prometteuses pour la céréaliculture  

Djelfa : Extension inédite dans les superficies irriguées

Les superficies irriguées ont enregistré une extension “inédite”, ces dernières années à Djelfa, à l’origine d’un saut “qualitatif” dans le secteur agricole local, contribuant particulièrement au développement de la céréaliculture, dont les indices de croissance augurent de perspectives “prometteuses”.

L’extension de la superficie irriguée a participé grandement à l’augmentation des rendements de la production agricole notamment dans la filière céréalière, pour laquelle le rendement moyen à l’hectare à plus que doublé en passant de 30 q/ha à 60 voir 70 q/ha, et ce grâce à l’adoption de différents systèmes d’irrigation modernes.

L’expérience du Cheikh Mustapha, un agriculteur du sud de la wilaya d’augmenter la productivité de son exploitation en procédant à l’extension de la superficie irriguée avec l’utilisation d’un système d’irrigation par aspersion, “a donné des résultats positifs (en terme de rendement), durant les saisons agricoles écoulées”, a-t-il témoigné.

Il s’est félicité de ne “compter” que “très peu sur les pluies saisonnières”. Selon lui les résultats du système d’irrigation par aspersion “sont visibles et se traduisent par une amélioration des rendements à l’hectare et de ce fait de la production qui a doublé au fil des ans. Le recours à l’irrigation a également permis de diversifier les cultures, hors celles dites pluviales”, a affirmé cet exploitant agricole.

A ce propos, le directeur locale des services agricoles (DSA), Ali Beldjoudi, a indiqué à l’APS que “les superficies irriguées ont enregistré un important essor ces dernières années, en passant de 1.074 ha en 2010, à pas moins de 19.180 ha en 2020”, prévoyant un accroissement de cette superficie durant la présente campagne labours- semailles, pour atteindre les “22.627 ha, soit une hausse de 18%”, a-t-il ajouté.

Les programmes d’électrification agricole et le règlement de la situation foncière des agriculteurs ayant procédé à la mise en valeur des terres à travers la wilaya ont contribué de manière significative à l’extension de la superficie irriguée” a observé ce même responsable.

L’augmentation de la superficie irriguée est aussi le fruit d’une “prise de conscience chez les agriculteurs et leur adoption des techniques modernes dont la mécanisation agricole et les systèmes d’irrigation d’appoint”, outre les campagnes de vulgarisation agricoles initiées par la DSA à travers les ondes de la Radio locale, et autres activités d’orientation organisées par les instituts techniques du secteur”, a-t-il souligné.

  •        Maîtrise technique et soutien étatique au développement de la céréaliculture

Beldjoudi a indiqué que “suite au constat des faibles rendements de 30 qx /ha, réalisés durant les campagnes précédentes dans la filière céréalière, la DSA a décidé d’assurer un accompagnement technique aux céréaliculteurs en vue du relèvement de la production, à travers une maîtrise de l’itinéraire technique de la filière”.

Il a fait part de l'”ambition” des responsables en charge du secteur, à Djelfa, d'”aller encore de l’avant dans l’extension des superficies irriguées”, et ce grâce au soutien assuré par l’Etat pour l’acquisition des équipements d’irrigation et de mécanisation, en plus du raccordement des forages d’eau à l’électricité.

“Les céréaliculteurs bénéficient, en outre, de nombreux programmes de soutien, qui leur permettent l’acquisition d’équipements d’irrigation, pompes, machines, semences traitées et autres engrais chimiques”, a indiqué ce même responsable qui a fait savoir qu’une enveloppe de prés de 259 millions de da a été mobilisée à cet effet.

Il a particulièrement souligné la contribution de l'”opération de régularisation de la situation foncière des agriculteurs et de la mise à leurs disposition d’une ferme pédagogique pour apprendre sur le terrain les différentes techniques de production, dans la réalisation de ces résultats positifs dans la filière”, a-t-il assuré.

A noter que la wilaya de Djelfa, qui est une région steppique par excellence, compte un nombre de zones naturellement irriguées, représentées par les Dhayates (des sites d’écoulement et de collecte d’eau de pluie), outre les terres situées sur les berges des cours d’eau et Oueds, estimées à quelque 9.730 ha.

Les superficies irriguées de la wilaya sont majoritairement concentrées dans les régions agricoles de la partie nord de Djelfa, soit Bouirette Lehdeb, El Birine, Sidi Laàdjel, et Had Shari. A cela s’ajoutent les surfaces irriguées du la partie sud, sises à Messaàd, Ain Ibel, Tadmit et Deldoul.

RR.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer