Economiela une

Yacine Oualid :l’Etat est déterminé à soutenir les start-up

Le ministère délégué auprès du Premier ministre, chargé de l’Economie de la connaissance et des Start-up, Yacine Oualid, a confirmé que la décision prise lors du dernier Conseil des ministres  confirme l’ampleur et  la détermination des autorités à soutenir les startups avec des exonérations fiscales allant jusqu’à cinq ans tout en permettant aux entrepreneurs innovants de créer leurs entreprises loin de la bureaucratie et de tous Ce qui pourrait entraver le processus d’innovation.

Lors de son passage à la radio nationale, Yacine Oualid, a révélé que la plate-forme numérique qui sera lancé le 15 octobre vise à lutter contre la bureaucratie, ajoutant : “Toutes les procédures et transactions administratives se dérouleront en ligne au niveau de la plate-forme numérique qui sera unifiée,  par conséquent, j’invite les jeunes innovants et les propriétaires des startups à  utiliser ce moyen, qui facilitera toutes les démarches pour eux sans extraire aucun document ni se rendre à aucune administration, en expliquant qu’il n’y a pas de conditions pour entrer dans le domaine numérique et qu’il est ouvert à tous.

Le ministre a ajouté qu’il a mis en place toutes les facilités pour les jeunes qui souhaitent créer des startups et que de nombreuses lois ont été rédigées qui contribueront , selon lui, à la promotion et au développement de leurs institutions, élargissent leurs domaines d’activité et soutiennent l’innovation en Algérie.

Concernant le Fonds national pour les startups récemment lancé, Yacine Oualid a déclaré que ce fonds dépend d’un mécanisme de financement basé sur l’investissement en capital et non sur les différents mécanismes de financement traditionnels basés sur des prêts.

L’intervenant a également  indiqué que le ministère vise à établir des startups  pionnières capables de commercialiser leurs produits dans toutes les régions du monde, en permettant aux jeunes innovants de bénéficier des mêmes mécanismes de financement offerts par les pays développés et en leur permettant de réaliser des projets innovants en Algérie.

Oualid  a également révélé que “la startup doit avoir un taux de croissance élevé par rapport aux petites entreprises, et elle doit proposer des projets innovants”.

Le ministre  a également mis en lumière sur  «le problème de la bureaucratie, qui est le principal obstacle à la mise en place et au développement des institutions émergentes», notant que les instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à cet égard étaient claires, afin de mettre toutes les installations devant les propriétaires de startups en coordination avec certains ministères.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer