Régional

80.000 ha pour la culture du triticale

El-Oued

Un projet de culture du triticale vient d’être lancé dans la wilaya d’El-Oued, dans le but de réhabiliter les terres agricoles à l’abandon, a-t-on appris aujourd’hui lundi de l’auteur du projet.

Le choix de cette culture, qui ciblera à terme une superficie de près de 80.000 hectares, est justifié par le fait qu’elle constitue un moyen efficace de réhabilitation des terres agricoles abandonnées en raison de la salinité de leur sol et des mauvaises herbes, “en sommes un nettoyant biologique du sol pour le réhabiliter, le fertiliser et le rendre apte à reprendre son cycle agraire”, a expliqué le chercheur spécialiste en agronomie saharienne, Ahmed Allali.

Le triticale, très résistant aux aléas naturels et climatiques des régions du Sud (vents, aridité, salinité du sol, mauvaises herbes), permet de réhabiliter une grande partie des terres agricoles à l’abandon et d’accroître ainsi les superficies irriguées, a fait savoir l’auteur de ce projet, le plus important du genre actuellement en Algérie.

Néanmoins, poursuit Dr. Allali, la rareté des graines de triticale sur le marché local et la difficulté d’approvisionnement des marchés extérieurs en raison de la pandémie du Covid-19 “a contraint à limiter la démarche dans une première phase à 25 agriculteurs, sur une superficie de près de 30.000 ha, pour l’étendre prochainement aux autres agriculteurs et propriétaires de terres agricoles abandonnées ayant adhéré au projet”.

La culture du triticale donne un rendement de 80 à 100 quintaux à l’hectare pour les superficies irriguées et de 50 à 60 qx/ha sur les terres non irriguées au Nord du pays, vu sa capacité de résistance à la soif et à la sécheresse, en plus de la possibilité de son stockage vert ou séché, a-t-il ajouté.

Selon M. Allali, le lancement du projet de culture du Triticale est intervenu à la suite d’une étude scientifique, en laboratoire et sur le terrain, de quatre années, “convaincus de la nécessité de l’accompagnement des investisseurs agricoles par les centres de recherche scientifique et les unités de laboratoire scientifique, pour les aider à trouver des solutions aux problèmes qu’ils rencontrent”.

Les études académiques et le suivi technique et scientifique ont démontré l’efficience de la culture du triticale et les solutions radicales qu’elle apporte aux agriculteurs, pour la poursuite de leurs activités et la qualité de leurs productions, en plus de récupérer le foncier agricole non exploité et abandonné.

Des études ont prouvé la possibilité de production de farine à partir du Triticale et constituer une autre ressource alternative pour la réduction de la facture d’importation et le renforcement de l’économie nationale.

Le triticale est une plante annuelle de la famille des Poaceae (graminées). C’est un hybride entre le blé et le seigle et est cultivé surtout comme céréale fourragère avec un apport nutritif de 1,7% de plus que l’orge. Il peut être utilisé pour l’alimentation humaine avec une adjonction de farine de blé.

R. R.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer