Flash-infola uneNational

Révision de la constitution: Goudjil appelle les Algériens à une participation massive

Le président du  conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil a appelé, samedi, l’ensemble des Algériens à une participation massive  le 1er novembre.

Dans son allocution à l’issue du vote du texte de loi portant amendement de la Constitution par les membres du Conseil lors d’une séance plénière en présence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, M. Goudjil a salué le choix par le Président de la République de la date du 1er novembre pour soumettre ce projet au vote, appelant le peuple algérien à “voter  massivement, car il s’agit de la Constitution de tous les Algériens qui doivent être mobilisés pour ce rendez-vous historique”.

Il a, par ailleurs, invité tous les partis politiques à adhérer au processus de réforme de la Constitution, précisant que “l’Algérie demeurera sur le droit chemin pour concrétiser les aspirations du peuples algériens exprimés lors du Hirak populaire pacifique”.

Après avoir salué “le soutien apporté par l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN), au Hirak populaire”, M. Goudjil a affirmé que “l’Algérie est visée de l’étranger et plusieurs tentatives récurrentes d’ingérence sont enregistrées”.

“C’est grâce à des hommes intègres et dévoués, grâce aux moudjahidine et à l’ANP que toutes ces tentatives ont été contrées, par des décisions inspirées de la Déclaration de Novembre 1954, lesquelles profitent au peuple et à lui seul”, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, la Commission des Affaires juridiques et administratives du Conseil a estimé, dans son rapport lu lors de la séance de vote, que ce projet de loi “traduit véritablement la volonté du Président de la République d’asseoir les bases d’une nouvelle République qui réponde aux aspirations du peuple algérien et qui soit basée sur une Constitution consensuelle, d’autant que ce projet avait fait l’objet d’un large débat et donné lieu à nombre de propositions de la part de partis politiques et de personnalités nationales, mais aussi de la part de compétences académiciennes, d’organisations professionnelles, syndicales et  estudiantines et d’organisations de la société civile et de journalistes. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer