International

L’UE réclame « la libération immédiate » des opposants emprisonnés

Biélorussie :

L’Union européenne et plusieurs de ses États membres haussent le ton face à la Biélorussie. Alors que les proches de l’opposante biélorusse Maria Kolesnikova étaient toujours sans nouvelles d’elle, plusieurs heures après son « enlèvement » par des inconnus, au lendemain d’une nouvelle manifestation massive à Minsk marquée par plus de 600 arrestations, plusieurs puissances européennes ont réagi à la situation, comme Berlin qui « exige de savoir où elle est », Londres qui se dit « très préoccupé », ou encore l’UE qui réclame la libération des opposants politiques.

Dernière figure majeure de l’opposition à ne pas s’être réfugiée à l’étranger, Maria Kolesnikova a été « enlevée » et embarquée de force dans un véhicule lundi matin dans le centre de Minsk, selon le « Conseil de coordination » de l’opposition biélorusse. Depuis, l’opposante de 38 ans ne répond plus au téléphone, comme deux membres de son équipe emmenés en même temps qu’elle.

·100 000 personnes dans les rues de Minsk

Ces disparitions interviennent alors que la Biélorussie est marquée depuis presque un mois par un mouvement de protestation historique contre le chef de l’État Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans et qui clame avoir remporté l’élection présidentielle du 9 août avec 80 % des voix. Dimanche, plus de 100 000 personnes ont de nouveau défilé dans les rues de Minsk pour demander son départ, un journaliste de l’Agence France-Presse affirmant que la foule était plus nombreuse que lors des trois précédents dimanches, malgré l’impressionnant déploiement des forces de l’ordre et de l’armée.

R I

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer