la uneNational

Réforme du système éducatif: Le Cnapest appelle à éloigner l’école des interférences politiques et idéologiques

Le coordinateur du Conseil national autonome du personnel de l’enseignement secondaire et technique(Cnapest), Meziane Meriane, a plaidé pour le réforme du système éducatif .

L’invité de l’émission “l’invité de la rédaction” sur la chaine 3,Meziane  Merianea affirmé qu’il est nécessaire de relancer l’école Algérienne, comme il a appelé à faire un diagnostic sur la situation du système éducatif national, l’intervenant a affirmé qu’il faut le libérer des interférences politiques et idéologiques. « Il y a nécessité de libérer le système d’éducation nationale en le protégeant, notamment, des interférences où les adultes soldent leurs problèmes politique et idéologique sur l’apprentissage de l’enfant », a-t-il déclaré.

Il a plaidé dans ce cadre pour reconsidérer le secteur de l’éducation comme étant un ministère de souveraineté. « Afin que le système d’apprentissage éducatif puisse reprendre sa place dans la sphère des pays développés il faudrait, au préalable, faire du secteur de l’Education un ministère de souveraineté », a indiqué M. Meriane avant d’estimer que «l’école possède le pouvoir de projeter une nation vers le développement, tout comme elle peut la précipiter vers les abîmes ».

Pour atteindre cet objectif, l’invité a souligné l’obligation de faire une évaluation du système éducatif en en dressant une évaluation et en cernant les “bavures” qui ont été à l’origine de son blocage, notamment, rappelle-t-il, après les propositions formulées dans son rapport par la commission Benzaghou.

Il rappelle que cette commission s’était notamment attachées à déterminer l’origine des obstacles que l’école à trouvé sur son chemin et qui, dit-il, l’ont empêché d’évoluer et d’atteindre les objectifs qui lui étaient assignés.

Pour M. Meziane Meriane, afin de hâter la relance du système national d’enseignement, il y lieu d’en passer par la remédiation de celui qui l’a précédé, à travers l’introduction de réformes palliatives et l’organisation d’une une “constituante de l’éducation” visant à mettre celui-ci, à l’abri des “interférences et des ingérences”.

Pour cela, il invite à dresser un état des lieux, en coopération de l’ensemble des spécialistes des sciences de l’éducation, des  acteurs de l’éducation et de tous les partenaires sociaux, aux fins, souligne-t-il de cerner les causes qui ont amené l’école à la situation de crise à laquelle elle se trouve présentement confrontée.

De la constituante de l’éducation, dont l’objectif tend à “préserver notre école”, le coordinateur du CNAPEST abonde dans le sens d’une évaluation des résultats à atteindre, en revoyant prioritairement les méthodes pédagogiques de transmission des connaissances. Pour lui, il reste à créer une école ouverte sur l’universalité et le développement.

Pour le coordinateur du Conseil national autonome du personnel de l’enseignement secondaire et technique, Meziane Meriane, la relance de l’école Algérienne reste fortement tributaire des interférences politiques et idéologiques.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer