la uneNational

Aissa Belakhdhar: “dire oui à la prochaine constitution, c’est entrer dans la phase du changement

Le conseiller du Président de la République Abdelmadjid Tebboune, chargé des associations religieuses, Aissa Belakhdhar, a considéré le référendum sur la révision  de la constitution qui sera organisé le 1er novembre, comme une deuxième étape dans le chemin du changement que le peuple algérien a vécu à travers le mouvement populaire l’année dernière, soulignant la nécessité de participer massivement pour finir le changement.

 Aissa Belakhdhar, lors de son passage sur les ondes de la radio chaine 1, a affirmé que les systèmes juridiques et institutionnels doivent suivre le rythme actuel, indiquant que “dire oui à la prochaine constitution signifie entrer dans une étape pour des lois qui changent rapidement et une étape pour renouveler des institutions qui sont devenues sans âme. Les tribunaux … et la nouvelle constitution ouvre la voie à la purification de ces institutions et du système juridique.

D’autre part, l’invité de la radio a apprécié toutes les initiatives charitables vécu  par la population  algérienne, en particulier avec  la propagation de l’épidémie de Covid 19, en disant: “ nous encourageons tous les militants , et nous les encourageons également à présenter un travail caritatif en ligne avec les données contemporaines et une nouvelle organisation et vision du travail caritatif qui contient tous les efforts des institutions et des individus pour consolider l’idée de travail participatif et de responsabilité sociale”.

En évoquant le rôle confié aux zaouïas aux associations religieuses en Algérie dans l’étape suivante, Aissa Belakhdhar, a indiqué que l’attribution de la tâche de supervision des zaouïas et des associations religieuses et des écoles coraniques directement à la présidence de la république vise à réactiver son rôle par rapport à la moralité de la société, ainsi qu’à bloquer la voie pour quiconque tente d’exploiter ces balises scientifiques, ce qui a conduit de nombreux imams et universitaires algériens dans la scène de la politique.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer