Economiela une

Importation: vers la création des nouvelles spécialités

Le ministre du commerce, Kamel Rezig, a révélé la création de spécialisations dans les opérations d’importation et l’obligation des opérateurs économique d’importer un type de produits spécifique.

Lors de  l’inauguration du nouveau siège de l’Association nationale des commerçants et artisans au Palais des expositions, Rezig a expliqué que son secteur s’emploie à créer des spécialisations dans les opérations d’importation, où les négociants dans le domaine du commerce extérieur sont obligés d’importer un type spécifique de matériel et de les empêcher d’aller importer d’autres matériaux.

Il a ajouté, “le processus de spécialisation permettra de réglementer davantage le commerce extérieur dans le cadre de la nouvelle approche du secteur, qui obligera l’importateur à se spécialiser dans une famille spécifique de produits pour être inscrit dans son registre commercial.”

Il a souligné que les produits en Algérie qui sont produits localement ne seront importés que s’il s’agit de soutenir le marché local en petites quantités en cas d’impossibilité de répondre à la demande.

Il a ajouté à propos de la liste des articles interdits à l’exportation, que les empêcher est lié aux conditions sanitaires que traverse le pays et que le secteur encourage les exportations à l’exception des produits qui sont en pénurie sur le marché local.

Ia indiqué que cette liste peut être modifiée en fonction des circonstances changeantes qui ont conduit à sa création.

Dans ce contexte, le ministre a déclaré: “Nous nous ouvrons à l’exportation, les produits interdits à l’exportation sont les produits subventionnés , l’ail, les bavettes et le gel désinfectant, qui sont des produits de base pour le citoyen”, soulignant que le secteur a commencé à préparer une carte pour réglementer les opérations de commercialisation et de stockage.

En revanche, Rezig a assuré que “la société nationale des expositions et de l’exportation” SAFEX “reprendra prochainement ses activités dans le cadre d’un protocole sanitaire strict.

Selon le ministre, cette institution sera restaurée et réactivée après avoir été touchée par la pandémie, en faisant revivre des expositions spécialisées.

Rezig a renouvelé en rappelant aux commerçants les échéances du 31 décembre pour la mise en œuvre de l’article 111 de la loi de finances 2020, qui oblige les concessionnaires, y compris les commerçants libres et les professions libérales, à mettre à la disposition du consommateur, des moyens de paiement électronique, afin que le client ait le choix entre utiliser ce moyen ou payer en espèces.

Soulignant que ce processus est gratuit et ne coûtera pas au consommateur une valeur financière supplémentaire, soulignant son «grand rôle dans l’apport de liquidités dans les banques et les centres postaux».

En ce qui concerne l’ouverture du nouveau siège de l’association, le ministre a souligné que ce dernier est l’un des outils du secteur pour créer des affaires et réguler les marchés, soulignant que les commerçants ont prouvé leur patriotisme dans les conditions difficiles que traverse le pays.

Le ministre a souligné que le secteur considère les associations de commerçants et de consommateurs comme un partenaire incontournable, en travaillant dans le cadre de comités qui s’inscrivent dans les nouvelles perspectives du commerce algérien.

De son côté, le Président de l’Association nationale des commerçants et artisans, Boulenouar , a affirmé la volonté de l’association de travailler dans le cadre de la nouvelle phase de promotion des activités et professions commerciales et artisanales et d’entrer dans le monde de la numérisation économique.

Bollnouar a exprimé son soutien à la décision ministérielle conjointe de légaliser le commerce de troc transfrontalier en raison de son importance dans la relance du commerce dans la région, en particulier avec les pays du Mali et du Niger.

Il a également souligné, à l’occasion, la participation effective des commerçants à la réussite des différents événements économiques et à la définition du produit national à l’étranger.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer