la uneReportage

Hausse des prix des fruits et légumes: la spéculation bat son plein

Les prix des légumes ont connu une augmentation soudaine au cours de la semaine dernière, dont certains ont atteint leur plus haut niveau depuis le début de l’année, le prix des courgettes atteignant 220 DA le kilogramme sur le marché de détail, bien que son prix n’ait pas dépassé 35 dinars il y a une semaine, et les prix des tomates, poivrons et autres types de légumes ont également augmenté. Après une longue période de stabilité, l’Organisation nationale pour la protection et l’orientation des consommateurs a jugé cette hausse injustifiée et a appelé les autorités à intervenir.

Sur le marché de gros de légumes et de fruits à El-Hatataba, l’un des marchés de gros les plus importants pour les légumes et les fruits, le prix des tomates atteignait 70 DA s, alors au détail elle est cédé à 100 DA, et le prix de la courgette est entre 200 à 220 DA, alors que le poivron est à 180 DA le kg, le prix de la laitue a atteint  100 DA le kg, la betterave à 50 à 80 DA.

Les aubergines sont passé de  50 DA à 80 da le kilogramme, et les carottes sont vendus  à 50 DA au niveau du marché de gros, alors qu’au niveau du marché de détaille elle est cédé entre  70 DA et 80 DA le kg , tandis que les  navets a sont  à 120 DA/kg.

Au niveau du marché de gros de Boufarik, les prix des légumes ont augmenté vendredi 28 août 2020, à l’exception de la pomme de terre, dont le prix s’est stabilisé entre 25 et 35 DA le kilogramme, les  oignons entre 15 et 20 DA , alors que le prix de la  tomates a augmenté entre 60 et 80 DA, la  courgettes, son prix a augmenté entre 180 et 200 DA par kg, carottes 30 et 50, navets 50, haricots verts entre 130 et 150 DA , aubergine 30 DA , poivron entre 90 et 100 DA, le  concombre à  50 DA, tandis que le prix de la betterave variait entre 45 et 50.

La spéculation a coïncidé avec une diminution de la quantité de certains produits

Alors que certaines autorités de marché ont évoqué une spéculation sur les prix coïncidant avec l’occasion de l’Achoura, notamment en ce qui concerne le prix de la courgette, qui est passé de 35 DA à 220 DA  par kg sur le marché de détail en moins d’une semaine, ceux qui connaissent le marché ont indiqué que la spéculation coïncidait avec la baisse de la quantité de certains produits tels que les tomates qui connaissent une pénurie dans les quantités entrant sur le marché, car le prix des tomates ne dépassait pas 35 et 40 DA le kg, atteignant 60 et 100 DA en moins d’une semaine, et c’est le cas du reste des légumes qui atteignaient autrefois le consommateur au prix de 35 à 40 DA le kg, comme c’est le cas du poivre Le bonbon, dont le prix de détail se situait entre 35 et 50, selon la qualité, la betterave à 30, l’aubergine à 50, et les carottes entre 25 et 30.

De leur côté, les détaillants ont révélé que la flambée des prix de gros était justifiée par les grossistes par le manque de produits qui arrivent sur le marché.

La spéculation fait flamber les prix sur les marchés

La spéculation, conséquence de la désorganisation au niveau des marchés de gros de fruits et légumes, est à l’origine de la hausse des prix de ces produits, observée depuis quelques jours, a estimé, le secrétaire générale de l’organisation de protection et d’orientation du consommateur. Hamza Belabbes.

«La flambée des prix de fruits et légumes s’explique, souvent, par la spéculation due au manque d’organisation et de contrôle au niveau des marchés de gros», a-t-il indiqué.

Le même interlocuteur a indiqué que l’organisation avait enregistré une hausse vertigineuse  des prix des légumes il y a une semaine à 10 jours, et cette hausse, selon l’organisation, intervient après une longue période de stabilité des prix des légumes malgré la pandémie.

Hamza Belabbas a expliqué que les années passées étaient  témoins d’instabilité des prix, mais cette année les prix des légumes sont stables, même pendant l’Aïd El-Adha et le Ramadan, en particulier après l’intervention du ministre du Commerce, avant que les prix ne montent soudainement cette fois, coïncidant avec l’Achoura, où certains prix onde légumes ont connu une hausse brutale à un moment où le pouvoir d’achat des citoyens ne peut plus supporter de charges supplémentaires, alors que les raisons restent inconnues de l’organisation.

L’organisation a estimé que la hausse des prix des légumes est injustifiée. « Nous espérons que l’augmentation sera circonstancielle et que les prix repartent à la baisse”. “Les raisons pour nous sont inconnues, et nous appelons les autorités à mettre en place des mécanismes pour mettre fin à cette hausse”, a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, Belabbas a évoqué une étude approfondie qui a été préparée à l’époque de l’ancien ministre du Commerce et avec la participation des organisations d’agriculteurs et de commerçants et des organisations de consommateurs, à travers laquelle une liste de prix de référence pour les légumes et les fruits a été préparée pendant et en dehors de leur saison et il a été convenu que tout prix en dehors de celui-ci est considéré comme un vol.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer