AutreDossier

Des plages mythiques

Tlemcen la perle de l’ouest,

Pas moins de 3.518 lits sont offerts aux estivants fréquentant les dix sites balnéaires autorisés à la baignade de la wilaya de Tlemcen, a-t-on appris du directeur local du tourisme et de l’artisanat.

Ces capacités d’accueil sont réparties entre huit camps de vacances totalisant 2.425 lits, et 893 autres relevant de 17 hôtels – 16 à Marsa Ben M’hidi et une à Ghazaouet, a précisé le même responsable, lors d’une réunion de l’APW faisant le point de situation sur la préparation de la saison estivale 2017.

Par ailleurs la wilaya de Tlemcen compte sur deux centres de vacances pour enfants et jeunes, respectivement, à Tafsout (120 lits) et Marsa Ben M’hidi où une maison de jeunes offre 80 lits, a-t-on ajouté.

Une enveloppe de l’ordre de 49,290 millions DA a été allouée pour la préparation de cette saison estivale devant générer plus de 1.000 postes de travail saisonniers au niveau des plages autorisées, des villes et cités environnantes, a-t-on encore ajouté.

En application de l’instruction ministérielle 03/2016, la direction du tourisme et de l’artisanat n’a délivré aucune décision de concession des plages autorisées à la baignade. L’accès reste gratuit.

Long de 73 km, le littoral de la wilaya compte, également, 14 autres plages non autorisées pour problèmes de pollution, difficultés d’accès et présence de zones rocheuses.

Pour sa part, la commission de la santé, de l’hygiène et de la protection de l’environnement a mis l’accent sur les potentialités touristiques de la wilaya de Tlemcen qui totalise 58 hôtels (1.896 chambres), auxquels s’ajouteront, prochainement, 48 hôtels en cours de réalisation.

Pour cette commission, le transport reste à renforcer au niveau de la wilaya, par notamment, l’ouverture de nouvelles lignes vers les plages autorisées, la réouverture imminente du téléphérique reliant Tlemcen au plateau de Lalla Setti, et l’ouverture en urgence de la nouvelle gare routière achevée depuis plusieurs mois. Des recommandations ont été  adoptées dans ce sens par l’assemblée.

·Plages de la commune de Beni Khellad

AGLA, se trouve à moins de six (6) kilomètres à l’est du centre-ville de Honaine et à quatre (4) Km de sa sœur Tafsout (Apres avoir roulé sur la W104, il faut bifurquer à gauche sur le chemin communale de la plage sur une distance de 2.3 Km ).

L’appellation d’Agla, serait d’origine espagnole (déformation ou contraction de Aquila) en référence à l’aigle qui vit dans la région. Et selon un connaisseur de la région, la plage tire son nom de la forme du rocher de la petite plage en forme de bec d’aigle. On l’appelle aussi Rerbal Lahcène.

La plage se situe à l’extrémité d’une terre agricole de 7 Ha qui est entre-serrée de part et d’autre de montagnes vertes et fendue par un oued qui se jette dans la mer.

Comme Tafsout, elle aussi a été défigurée par l’installation de hangars de l’unité d’élevage de poissons.

La plage mesure 230 mètres de long et entre 30 et 60 mètres de largeur. Son sable est compacte et contient des galets blancs et de petite taille sur le rivage. Elle est surveillée par les agents de la protection et aussi par la gendarmerie nationale pendant la saison estivale. Le site est calme est sécurisé. La route arrive jusqu’au parking de la plage. On y trouve aussi des douches et de toilettes.

Pour s’y rendre depuis la RN22, à partir du village ” Hadjret El Gat ” il faut emprunter la W104 sur une distance de 20.6 Km,( en passant par ” Souk El Khemis “)

puis touner à droite et prendre la route de la plage en parcourant ses 2.3 Km, ou bien, il faut parcourir 32 Km depuis le village ” Émir Abdelkader ” en passant par la W1 ( en traversant par Souk El Thenin).

Si vous empruntez la RN98, vous devez parcourir 28 Km par la W103B puis la W104 ( en traversant une dense forêt) puis en passant par Honaine.

Si vous êtes dans la région Beni-Saf, vous y arriverez après 33 km depuis l’intersection de Rechgoun, en empruntant la N22 puis la W1 et enfin la W104.

·Plage Agla 2

Agla 2, se trouve à moins 100 mètres à l’est de sa soeur jumelle

La plage mesure 50 mètres de long et entre 13 et 20 mètres de large. Son sable est meilleur et ne contient pas de galets.

La plage est entièrement sauvage. On n’y trouve ni constructions, ni électricité, ni même de réseau téléphonique, si ce n’est la route goudronnée qui mène jusqu’au site.

Elle n’est surveillée ni gardée par les différents services de l’état mais on se sent en sécurité. Elle se compose d’une succession de 3 petites plages, leurs longueurs successives font 46, 45 et 62 mètres et d’une quatrième de taille moyenne qui mesure à peu près 150 mètres de long sur 14 mètres de large.

Ce qui attiré mon attention le plus, c’est surtout la couleur de son eau qui est d’un bleu turquoise et la limpidité de son eau. Bref, elle ressemble à celle qu’on voit dans les photos des plages de l’océan pacifique.Pour accéder à ce joli endroit, il faut emprunter la Wilayale W1, puis rouler 4.4 Km sur une route mal-entretenue étroite et sinueuse, tracée dans une montagne couverte d’une foret de pins maritimes. Elle est aussi distante de 10 Km de la plage d’Agla du coté est.

·Port-Say

 Port-Say est la destination de notre voyage du jour qui nous emmène en Algérie ! Marsa Ben M’Hidi, pour son nom officiel, est une ville de l’extrême ouest algérien, à la frontière du Maroc. Une commune particulièrement connue pour ses plages mythiques.

Le territoire de la commune de Marsa Ben M’Hidi se situe au nord-ouest de la wilaya de Tlemcen. Il s’agit d’une ville côtière de la mer Méditerranée limitrophe de la ville marocaine de Saïdia.

 En 1905, l’explorateur français Louis Jean-Baptiste Say fonda la ville, qui sera nommée Port-Say. En 1958, elle intègre le département de Tlemcen. Après 1962 et l’indépendance algérienne, dans une large vague d’arabisation des noms des villes algériennes, elle prend le nom de Marsa Ben M’Hidi en hommage au militant nationaliste martyr Larbi Ben M’hidi. Aujourd’hui encore, la population locale, des environs et de la diaspora algérienne utilisent le nom originel Port-Say pour désigner ce site incontournable pour des vacances réussies dans l’ouest algérien.

 Port-Say ne possède pas les plages les plus connues d’Algérie, ni même de l’ouest algérien étant donné l’attractivité des plages de Tlemcen mais surtout celles d’Oran dans cette partie du pays. Toutefois, les plages de Port-Say sont iconiques, notamment auprès de la population de la ville de Maghnia et des membres de la diaspora ouest-algérienne présents en France !

Impossible d’imaginer des vacances d’été en Algérie sans passer par Port-Say et ses nombreuses plages. Pour s’approcher au maximum des postes frontières entre l’Algérie et le Maroc. Pour écouter les dernières musiques à la mode, souvent du aallaoui, genre musical ouest-algérien qui dédicace régulièrement la ville de Maghnia. Pour marcher en soirée le long des plages. Pour les plus téméraires,  sauter du haut des rochers de la plage de Moscarda. Ou pour cette semaine de la fête de l’Aïd el Kébir, organiser un barbecue familial !

 La ville de Port-Say et ses plages sont représentatives de la folie algérienne, dans ses bons comme ses mauvais côtés. Mais si vous connaissez un Algérien de l’ouest, il vous a forcément parlé de Port-Say tant ce site est mythique pour les habitants et la diaspora de cette partie de l’Algérie !

Red D

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer