Economie

La dette des sociétés pétrolières nord-américaines pourrait atteindre 168 milliards $ en 2022

Avec une dette colossale et une trentaine de faillites cette année, l’industrie pétrolière nord-américaine continue de souffrir de la conjoncture. Les analystes pensent en effet, que si le baril de WTI reste dans la fourchette des 40 $ d’ici 2022, cette dette atteindra 168 milliards de dollars.

Dans une analyse publiée lundi 24 aout 2020, le cabinet norvégien d’analyses du secteur pétrolier Rystad Energy a déclaré que la déroute du secteur nord-américain du pétrole risque de se poursuivre avec un baril du WTI autour de 40 dollars.

Si des entreprises E&P (Exploration & Production) et de services ont pu sortir la tête de l’eau grâce au baril qui a atteint la barre des 40 dollars, il s’attend à ce que 125 autres demandent la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites d’ici 2022 si les prix ne s’élèvent pas bien au-delà de ce niveau.

Avec des niveaux de prix du WTI inchangés, cela porterait la dette totale de l’E&P nord-américaine et des services associés pour 2020-2022 à environ 168 milliards de dollars, soit 36 % de plus que les 122 milliards de dollars enregistrés en 2015-2019. La dette des E&P à elle seule sera de 142 milliards de dollars. Le reste concernera les services.

Cette étude est basée sur une analyse des flux de trésorerie couvrant environ 10 000 E&P pétrolières et gazières ainsi que les services connexes, actifs en Amérique du Nord.

Cette année, 32 entreprises E&P ont demandé la protection de la loi sur les faillites. Elles cumulent une dette de 40 milliards de dollars. A cette allure, l’année prochaine, il s’agira de 68 autres et 57 en 2022, ce qui ajoutera respectivement 58 milliards de dollars et 44 milliards de dollars de dettes.

R E

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer