Economiela une

Réforme du secteur des Fiances: le programme entre dans la phase finale

Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a confirmé mardi en Algérie que le secteur financier est actuellement dans la phase finale de réformes visant à développer la gouvernance et à changer la méthodologie de la gestion des banques publiques et de la bourse.

En marge de la rencontre tripartite  sur le “Plan de relance économique pour une nouvelle économie”, qui a réuni le gouvernement et les partenaires économiques et sociaux, Aymen Benabderrahmane, a déclaré que le ministère travaillait à “moderniser efficacement le secteur”, ajoutant que le secteur financier se trouvait actuellement dans la “phase finale de des réformes visant à développer la gouvernance et à changer la méthodologie et les méthodes de conduite des banques, des banques publiques et de la bourse », exprimant son espoir de voir les concessionnaires algériens entrer dans le domaine bancaire en créant des banques et des banques privées.

Le ministre a déclaré qu’après le lancement d’ateliers liés à la réforme fiscale, à la réforme du système d’arpentage, de la propriété de l’Etat, du système bancaire et même du système de gestion du trésor public vont également commencer, indiquant que le secteur financier a fait de grands progrès dans le cadre de la rationalisation des dépenses publiques et du budget en incarnant les textes appliqués Inclus dans la loi organique de finances de 2018.

Le ministre a ajouté que “le secteur financier est ouvert aux investissements productifs et aux nouveaux investissements pour les emplois, en particulier les investissements qui permettent au produit local de se substituer aux importations”, se référant aux grandes mesures qui ont été prises dans le domaine de la lutte contre la bureaucratie et dans l’accompagnement des investisseurs et des citoyens en général en Transactions transparentes, rapides et significatives pour l’économie nationale. “

Le ministre des finances a également affirmé que «le moment est venu de donner aux concessionnaires algériens l’opportunité d’entrer dans le monde bancaire en créant des banques et des banques privées», notant que «les lois algériennes sont prêtes à créer des banques privées et c’est ce que nous voulons afin de soutenir notre secteur bancaire et de renforcer la compétitivité et de réaliser de nouvelles transactions».

En revanche, concernant la banque islamique, le ministre a souligné qu’après la Banque nationale d’Algérie, il y aura d’autres banques qui lanceront avant la fin de l’année ces produits financiers, comme le Crédit populaire algérien.

Répondant  à une question concernant la déclaration du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, sur l’affectation de 1.900 milliards de DA à l’investissement et la possibilité de fournir ce montant compte tenu de la rareté des ressources, le ministre a souligné que “les ressources financières sont disponibles et nous n’irons pas à l’endettement extérieur”.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer