Régional

Les solariums reprennent possession des plages

jijel :

Ils, ce sont les gérants de solariums, formels et informels, ne se sont pas fait prier pour reprendre possession des plages de la corniche jijeliens dès l’annonce des pouvoirs publics de la levée de la mesure d’interdiction de la baignade au public dans les plages autorisées.

Comme par enchantement, du jour au lendemain, le mot d’ordre est passé de l’un à l’autre comme un éclair ; tous les propriétaires de solariums ont pris place, en première ligne, sur les plages de la corniche, telles des troupes disciplinées. Désormais, une ceinture composée de parasols hétéroclites, de tables et de chaises, s’est formée en bord de mer, longeant toute la côte du littoral, c’est-à-dire, là où subsiste un pouce de sable, pour annoncer la main mise de concessionnaires solariums dont un grand nombre d’informels, sur des espaces de détente publics destinés aux citoyens et que régissent théoriquement, les APC.

Quant à eux, les estivants, les images choquantes de comportements agressifs de gérants de solariums encore vivaces dans les esprits, ils semblent s’être depuis longtemps résignés à ce sort, en acceptant de payer le montant imposé pour un équipement de plage ou se contenter, à contre cœur, de s’installer loin derrière, à l’arrière de la bande occupée, parfois contre la paroi du monticule formant le flanc de la plage.

La question est de savoir maintenant si les autorités locales des stations balnéaires respectives de la daïra d’el-aouana, arriveront à rétablir les choses dans leur contexte et faire respecter les lois de la République, en veillant à ce que d’une part, les familles puissent jouir de leur droit absolu de disposer, sans être inquiétées ni malmenées par des énergumènes sans vergogne, de l’espace public qui leur est consacré pour leur bien-être.

Et de l’autre, réglementer l’activité saisonnière de concessions de solariums et veiller surtout à son application stricte sur le terrain afin de permettre à des dizaines de jeunes, sans emploi, de se faire des revenus substantiels, nécessaires pour les besoins de leurs familles.

L’activité en elle-même, n’est pas condamnable, mais l’informel qui l’entache et l’anarchie qui la caractérise, sont en revanche, condamnables.

R R

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer