Régional

La perle de la cote algérienne

Réputée par sa beauté envoûtante

Située au nord-est de l’Algérie, sur la côte méditerranéenne en Basse-Kabylie, Jijel est une ville portuaire très animée et est le chef-lieu de la Wilaya (sorte de département) éponyme. C

‘est une ville très ancienne, créé au Xème siècle avant notre ère, et où de nombreux peuples se sont succédés, à commencer par les Romains. Son nom fait directement référence à l’endroit où la ville a été construite, puisque Jijel, ou Djidjeli, signifie colline.

Jijel a un fort potentiel touristique, et ses nombreuses plages et criques attirent de nombreux vacanciers, venus profiter de la mer, du soleil, mais aussi des collines et montagnes verdoyantes qui bordent la côte. Ainsi, que vous soyez plutôt du genre à dorer sur le sable chaud ou au contraire adepte du sport et des randonnées, Jijel est une destination idéale.

L’arrière-pays est en effet très différent des autres paysages arides algériens, et se compose au contraire de grandes forêts, de gorges et de lacs. Enfin, la région de Jijel offre un grand intérêt archéologique, et de nombreux sites sont présents.

·Les plages de Jijel

Avec sa vingtaine de plages à proximité, Jijel fait véritablement le bonheur des vacanciers en quête de farniente. La plage favorite des locaux et des touristes est la plage du Grand Phare ou Ras El Afa, située à seulement 6 kilomètres de Jijel.

Ce grand phare blanc, surmonté d’une lanterne contrastante rouge, surplombe et veille sur la plage de sable fin doré longue de 2 kilomètres, permettant à chacun de profiter d’un espace conséquent en bord de mer.

Le phare est l’un des symboles de la région, et artistes peintres, photographes amateurs et professionnels n’ont cessé de l’immortaliser depuis sa construction en 1865 par un tailleur de pierres.

A l’heure du coucher du soleil, le paysage est en effet magnifique. Non loin de cette grande plage de sable, se trouve une petite crique qui fait le bonheur des plongeurs, qui s’amusent à sauter dans l’eau depuis les rochers, et de ceux venus observer les poissons colorés du littoral méditerranéen.

Bordant la ville, la plage de Kotama est une grande plage assez touristique, où une grande esplanade toujours très animée permet aux vacanciers de déguster glaces, boissons fraiches et spécialités algériennes mais aussi de faire du shopping auprès des stands artisanaux ou de tenter leur chance au casino.

·Une excursion dans un monde de saveurs : le marché de Jijel

Lorsqu’on pense aux pays du nord de l’Afrique, l’idée des marchés et souks colorés et odorants parvient très vite à notre esprit.

Le marché de Jijel ne dément pas à la règle. Bien que moins fréquenté que les souks des grandes médinas, le marché aux légumes de Jijel est très agréable à visiter, et nous invite dans un monde de saveurs et d’odeurs exotiques. En plus des fruits et légumes que l’on trouve en Europe, vous verrez sur les étals des marchands de nombreux fruits typiques du pays, comme les dates, les figues, ou encore les figues de Barbarie (cueillies sur les cactus).

Si vous êtes fan de légumes ou/et végétarien, le marché de Jijel est définitivement votre lieu préféré, vous trouverez tout ce dont vous avez besoin, et ce à quasiment toutes les saisons ; donc si l’envie vous prend de cuisiner une ratatouille au mois de décembre, pas d’inquiétude, les tomates, aubergines, poivrons et courgettes seront déjà sur les étals.

En plus de cette variété de fruits et légumes, ce qui fait la particularité du marché de Jijel et des marchés d’Algérie en général est bien sûr la présence de nombreux épices et condiments sur les stands, permettant de réaliser des tajines délicieux.  Ici, les olives se vendent à la pelle et les variétés et assaisonnements sont déclinés à l’infini.

·Shopping traditionnel

La Wilaya de Jijel fait beaucoup pour la préservation et la diffusion de son artisanat, issu de savoir-faire ancestraux et transmis de génération en génération. 

Les habitants de la région ont la chance d’avoir un artisanat très varié, permettant à la région et à la ville d’attirer nombre de touristes et aussi de faire perdurer les traditions. Parmi les matières travaillées par les artisans de la ville, les plus utilisées sont le cuir, l’argent, le bois et le liège, la laine, l’osier et l’argile.

Ainsi à partir de ces matières premières naturelles végétales et animales issues des environs, les artisans de la ville peuvent fabriquer sacs, vêtements, tapis, objets de décoration, poteries peintes et paniers. Les paniers ont en effet une grande place chez les habitants de Jijel, et les artisans sont des experts en vannerie. 

Les artisans travaillent également beaucoup le bois, en raison de l’abondance des forêts environnantes, et fabriquent de nombreux ustensiles de cuisine et instruments de musique, avec notamment, le chêne, le liège et la bruyère. Ainsi, à Jijel, vous trouverez des souvenirs utiles et authentiques pour vos amis et votre famille, sans avoir à vous ruiner.

On apprécie d’autant plus le charme des objets tous différents les uns des autres, et les petits défauts qui peuvent parfois apparaitre, gages du fait-main et de l’authenticité. A savoir, en général les prix ne sont pas affichés dans les marchés, et le marchandage est coutume locale.

·Plongée sous-marine

Sur terre et sous-mer, Jijel a beaucoup à offrir en termes de paysages et de nature. Les adeptes et novices de la plongée aquatique auront sur le littoral de Jijel la chance de pouvoir admirer la faune et la flore méditerranéennes sous une eau limpide et à une température moyennant les 22 degrés. 

Les littoraux de Jijel sont considérés comme les plus beaux du pays et sont ainsi propices à cette activité.

La plage du Grand Phare est un site de plongée réputé, et de nombreux clubs y proposent des excursions subaquatiques. En général, comme l’eau est peu profonde et qu’il n’y a pas besoin d’aller trop au large pour observer les espèces, l’équipement de plongée se compose d’une combinaison, de palmes, d’un masque et d’un tuba (scuba).

Les clubs vous fourniront le matériel nécessaire et si vous êtes débutant, vous initieront aux règles de sécurité et au langage subaquatique, pour que votre plongée reste un souvenir inoubliable. Pour rendre la plongée plus ludique, le club de la ville organise annuellement des chasses au trésor sous-marines, permettant de promouvoir et de faire découvrir l’orientation sous-marine. Club de plongée Raie Manta

·Parc national de Taza

Situé à environ 30 kilomètres de Jijel, le parc national de Taza mérite largement une journée d’excursion. Ce parc de 3800 hectares est un véritable lieu de sauvegarde et de préservation pour la biodiversité de la région, il fait d’ailleurs partie des réserves de biosphère de l’Unesco.

Sur ses sols et dans ses eaux sont répertoriées de nombreux mammifères, oiseaux, espèces marines et espèces végétales. Certaines espèces sont très rares et suivent dans le parc un programme de sauvegarde, comme par exemple le Singe Magot, espèce propre à l’Afrique du Nord, et dont vous verrez dans le parc une quinzaine d’individus.

Parmi la centaine d’espèces d’oiseaux, la sittelle kabbyle, ou sittelle de Ledant, est  un oiseau rare et l’un des symboles du parc et de la région.

De petite taille, elle est reconnaissable à son sourcil blanc, son dos et son bec gris-bleus et son ventre beige. Si vous visitez le parc à la fin du printemps, vous aurez peut-être le privilège de voir les nids se former et les œufs éclore.

Une vingtaine d’espèces de rapaces trouve également refuge dans le parc de Taza.En ce qui concerne les espèces végétales, la forêt de chênes du parc est l’une des plus belles d’Algérie. Parmi les 400 espèces de plantes du  parc, plus d’une centaine sont utilisées en médecine et en pharmacie.

·La grotte merveilleuse : Ziama Mansouriah

Situé dans le parc national de Taza, le site de la grotte merveilleuse (Ziama Mansouriah) est un lieu étonnant et incontournable.

Découverte au début du XXème siècle, la grotte merveilleuse est un ensemble imposant de stalactites et stalagmites, façonné au gré de la nature et des intempéries. Les formes toutes aussi étranges, mystiques mais aussi réelles les unes que les autres donnent l’impression d’être dans un véritable sanctuaire, créé de toute pièce par Dame Nature.

En plus de la beauté des roches, un son très particulier accompagne la découverte de la grotte, et lui donne alors son caractère si merveilleux.

·Le parc animalier de Kissir

Situé dans la commune d’El Aounana, le parc animalier de Kissir est un parc très récent, ouvert au milieu des années 2000, et dont la vocation est de faire découvrir au public les espèces de la Wilaya de Jijel, mais aussi des espèces d’autres pays, voir d’autres continents, comme par exemple des ours, issu d’un partenariat écologique avec d’autres parcs animaliers dans d’autres pays.

Le parc a donc une visée pédagogique bien affirmée, et est très populaire auprès des familles algériennes. Ainsi, une quarantaine d’espèces(environ 120 individus) se côtoient dans le parc, des loups aux antilopes aux lions en passant par les coyotes et les babouins, animant la curiosité des visiteurs.

·Sites archéologiques de la région de Jijel

On trouve des traces de vie à Jijel il y a plus de 10 000 ans, avec les Phéniciens. Ainsi, pour le bonheur des passionnés d’histoire et d’archéologie, de nombreux sites archéologiques témoignent des coutumes des différentes civilisations ayant habité la Wilaya de Jijel.

Le site d’Aïn Tissillil, aux environs du village de Settara, est essentiellement sous-terrain. Mais à la surface, vous pourrez voir quelques grosses pierres. Des stèles funéraires y ont été également découvertes. Ce site aurait été habité par la tribu Quirina.

Le site de Choba regroupe d’importants vestiges romains, comme la porte de l’ancienne ville, bien conservée, ainsi que de nombreuses inscriptions.

Le site de Béni Yajdis, en plein milieu des montagnes, est un site très étendu qui recèle d’indices de l’époque romaine.

·Les nécropoles puniques de Jijel

Le site des tombes puniques de Jijel est l’un des sites archéologiques les plus remarquables de la région et l’un des plus grands sites de caveaux de l’époque des phéniciens, ils y sont d’ailleurs extrêmement bien conservés. En longeant la côte depuis le Fort Dusquesnes jusqu’à la pointe noire, les fosses et caveaux sont partout aux abords du chemin.

3 nécropoles ont été découvertes par les archéologues : celle de la Pointe Noire, l’une des nécropoles phéniciennes les plus importantes d’Algérie ; celle de Mundet  Africa, composée d’une vingtaine de tombes et celle  de Marsa Charaâ, le plus grand cimetière de Jijel durant l’époque punique.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer