Economiela une

Développement de l’industrialisation des activités de la pêche et de l’aquaculture ,la diversification de la production nationale: Ferroukhi présente son plan d’action (2020-2024)

Le ministre de la Pêche et des Ressources Halieutiques Sid Ahmed ferroukhi, a indiqué que l’Algérie possédait d’importantes potentialités permettant l’édification d’une industrie de la pêche, à condition de sortir des méthodes classiques suivis actuellement dans cette filière.

Lors de son passage à la télévision publique ,   le, ministre a rappelé les cinq axes du plan quinquennale 2020-2024 , partant d’une stratégie qui s’appuie essentiellement sur une transformation progressive et durable, consacrant la rupture avec le passé en matière de structure organisationnelle et institutionnelle et de méthode de gestion du secteur, et contribuant au renforcement de la sécurité alimentaire nationale.

Ferroukhi , a indiqué que “le secteur de la pêche pourra véritablement contribuer à la diversification des sources de revenu nationales en garantissant l’autosuffisance en matière de pêche et de s’orienter vers l’exportation, d’autant que l’Algérie possède une importante façade maritime, qui la qualifie à l’édification d’une industrie de la pêche en sortant des méthodes classiques suivis actuellement pour augmenter la consommation de protéines par habitant, réduire l’importation des poissons voire même des viandes rouges, ce qui profitera au trésor public’’.

Feroukhi a appelé à la nécessité pour les pêcheurs de s’organiser en coopératives avec la contribution de la société civile et à l’exploitation de la haute mer par le recours à une flotte nationale dirigée par des cadres algériens formés par des pays leaders dans le domaine.

Il a, dans ce cadre, rappelé que la satisfaction des besoins du citoyen dans tous les domaines était au cœur du programme du Gouvernement, d’où l’idée de créer un ministère dédié spécialement à la pêche et aux produits halieutiques, étant un département tout autant important que celui de l’agriculture auquel il était rattaché auparavant.

La nouvelle approche repose sur la remobilisation des moyens existants intra et extra sectoriel, en associant les partenaires publics et privés, sur la recherche des modes de diffusion et d’amplification des actions à partir des pôles d’excellence des filières des productions halieutiques, en impliquant l’ensemble des acteurs concernés, et enfin sur l’amélioration de la formation pour répondre aux besoins du secteur.

Ce programme permettra de porter le niveau des productions halieutiques à 166.000 tonnes, de créer 30.000 nouveaux emplois, de mettre au point un système productif halieutique construit avec des moyens et intrants produits localement et de lancer un vaste programme de développement de l’aquaculture marine et continentale, précise la même source.

Il s’agit également de renforcer la formation qualifiante, de faciliter l’accès des investisseurs au foncier, d’assurer un environnement économique débureaucratisé à travers la mise en place d’écosystèmes entrepreneurials permettant un accompagnement total pour la création de micro-entreprises et de PME et la prise en charge sociale des marins, ainsi que le développement d’une capacité nationale de pêche au grand large.

“L’Algérie est décidée à lever le défi de réduire le déséquilibre de la balance commerciale des produits agricoles et alimentaires de base dans les perspectives pour l’année 2024 à travers notamment, le développement durable des secteurs de l’agriculture et de la pêche maritime, ainsi que de rationaliser l’importation de produits alimentaires subventionnés” a-t-il souligné.

Selon les données du ministère de l’Agriculture et développement rural présentées en 2019, la production halieutique de l’Algérie avait augmenté en 2018 à 120.000 tonnes, contre 102.000 tonnes en 2016 .

La production aquacole a quant à elle, passée de 1.700 tonnes en 2016 à 5.200 tonnes En matière d’investissement, le secteur de la pêche et de l’aquaculture avait enregistré un total de 140 projets d’investissement dont 70 en cours de réalisation.

Répondant à une question sur le volume de thon repêché, le ministre a fiat savoir que  « 90 % du volume du thon capturé durant la campagne de pêche est commercialisé au Japon ».

Il a aussi noté que le thon est une prise spéciale précisant à ce sujet qu’il existe une différence entre le thon rouge et le thon blanc. Concernant le prix quelquefois élevé du kilogramme des sardines, qui demeure la viande du pauvre, il a attribué cela à son  prix de revient. Dans ce cadre, Ferroukhi s’est défendu en parlant des circonstances particulières des pêcheurs qui doivent être prises en considération, en particulier l’organisation du marché, qui doit être transparent tout en obéissant à une réglementation adéquate. Il ajouté que, cette hausse revient à la loi de l’offre et de la demande

En outre, le ministre de la pêche et des produits halieutiques ,Sid- Ahmed Ferroukhi, a annoncé” que des préparatifs sont en cours pour l’élaboration  d’un décret visant l’organisation  des pêcheurs artisanaux sous forme de coopératives professionnelles dans divers domaines de la pêche maritime

Le ministre a indiqué qu’un décret  est en  préparation qui concernera  l’organisation des pêcheurs artisanaux sous forme de coopératives avec l’implication de la société civile, en tant qu’acteur  du programme d’activation de l’économie de la pêche dans sa section liée au domaine de la pêche maritime.

Ferroukhi a ajouté que ce décret s’inscrit dans le cadre d-un programme de travail du gouvernement et peut être élargi pour inclure le domaine de l’aquaculture, considérant que la création de coopératives est un mécanisme collectif qui comprend des négociants dans le domaine de différentes tailles et qui ont la capacité humaine et matérielle de travailler dans ce cadre.

En outre, Ferroukhi a expliqué que ces coopératives ont un caractère économique et commercial, permettant à leurs affiliés d’investir dans le domaine en plus de la production et de la commercialisation, ajoutant que le ministère envisage actuellement d’inclure des facilités juridiques pour cette nouvelle organisation afin qu’elle soit pratique pour  s’engager sur le terrain et à profiter de ses avantages de la profession.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer