Economie

La tendance haussière du début de semaine se confirme

Pétrole :

Les cours du pétrole ont terminé en hausse, portés par l’espoir d’un nouveau plan de soutien à l’économie aux Etats-Unis, par une saison des ouragans qui s’annonce mouvementée et par l’anticipation d’une baisse des stocks américains de brut.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre s’est apprécié de 28 cents ou 0,6% pour finir à 44,43 dollars.

A New York, le baril américain de WTI pour le mois de septembre a gagné 69 cents, ou 1,7%, pour clôturer à 41,70 dollars.

Les prix du brut, qui ont passé la majeure partie de la séance en baisse, ont repris du terrain « grâce aux espoirs d’un plan de relance et après une série de données économiques positives illustrant la reprise de l’industrie manufacturière« , a estimé Edward Moya, de Oanda.

Mardi, la Maison Blanche et le Congrès américain tentaient en effet toujours de se mettre d’accord sur les aides supplémentaires à apporter aux millions de chômeurs et aux entreprises les plus affectées par le nouveau coronavirus.

Plusieurs indicateurs ont aussi montré lundi que l’activité du secteur manufacturier en Chine, aux États-Unis et en Europe, avait continué à se redresser en juillet après un fort trou d’air au printemps.

Les États-Unis continuaient par ailleurs à être touchés par la tempête tropicale Isaias, qui remontait mardi la côte atlantique américaine et provoquait au passage des coupures de courant pour des centaines de milliers de personnes. « Le rythme auquel se succèdent les ouragans assez importants pour recevoir un nom est actuellement à un record« , ont souligné les analystes de ClipperData. « On a déjà eu neuf ouragans avec un nom, alors qu’une saison en compte en moyenne douze« , ont-ils ajouté.

Cela affecte les flux pétroliers, notamment les importations et exportations, dans la mesure où les ouragans perturbent les livraisons.

Les acteurs du marché attendaient également la diffusion mercredi des données hebdomadaires sur les stocks de produits pétroliers aux États-Unis, le premier consommateur mondial d’or noir.

Selon une compilation des estimations par l’agence Bloomberg, les stocks de brut devraient avoir reculé de 3,35 millions de barils et ceux d’essence de 500.000 barils.

Ce matin, à l’ouverture des marchés, la tendance haussière continue d’être observée. Vers 7h50 le prix du baril de Brent affiché une hausse de 0,68 % à 44,69 dollars.

R E

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer