Economie

40 % des destinations mondiales ont déjà assoupli les restrictions sur le tourisme

Selon OMT

40 % de toutes les destinations dans le monde ont maintenant assoupli les restrictions sur le tourisme imposées en réponse à la COVID-19, selon les dernières données de l’OMT. Ce qui confirme la tendance au « redémarrage responsable du tourisme international ».

D’après l’analyse la plus récente de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), 87 destinations, représentant 40 % de toutes les destinations dans le monde, ont maintenant assoupli les restrictions sur le tourisme international imposées en réponse à la COVID-19.

Ces derniers chiffres enregistrés le 19 juillet traduisent une hausse par rapport aux 22 % de destinations qui avaient assoupli les restrictions sur les voyages au 15 juin et aux 3% précédemment au 15 mai. « Ils viennent confirmer la tendance d’un mouvement lent, mais continu, d’adaptation et de redémarrage responsable du tourisme international » affirme l’organisation.

Cependant, sur les 87 destinations ayant maintenant assoupli les restrictions sur les voyages, quatre (04) seulement ont levé complètement toutes les restrictions, les 83 autres ayant procédé à des assouplissements tout en maintenant des mesures en place comme la fermeture partielle des frontières.

Au nombre des destinations ayant assoupli les restrictions figurent 20 petits États insulaires en développement, pour lesquels le tourisme représente un pilier central de l’emploi, de la croissance économique et du développement. L’OMT constate par ailleurs qu’environ la moitié (41) de toutes les destinations ayant assoupli les restrictions sont en Europe, confirmant le rôle de première ligne que tient la région dans le redémarrage du tourisme.

Par contre, 115 destinations (53 % de toutes les destinations dans le monde) continuent de garder leurs frontières totalement fermées au tourisme, relève l’organisation.

A fin mai 2020, la crise sanitaire a entrainé déjà entraîné un manque à gagner de 320 milliards $ dans le secteur du tourisme international, soit trois fois le coût de la crise économique mondiale de 2009, selon l’OMT.

R E

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer