International

Kaïs Saïed condamne les agissements des trafiquants de migrants clandestins

Tunisie :

Lors d’une visite d’inspection au port de Sfax, accompagné par le Premier ministre désigné Hichem Mechichi

Le président tunisien Kaïs Saïed a condamné les agissements des trafiquants qui se livrent à l’organisation del’immigration clandestine, qualifiant leurs activités d’ “acte criminel que l’Etat ne peut tolérer”.

Le président Saïed était, dimanche, en visite d’inspection au port maritime de Sfax (sud-est), accompagné du Premier ministre désigné et ministre de l’Intérieur, Hichem Mechichi, selon un communiqué de la présidence tunisienne.

Saïed a, à cette occasion, souligné le rôle important dévolu à la Marine nationale, dans la lutte contre le phénomène de la migration irrégulière et a rappelé l’importance de la coopération entre les différents pays, afin de trouver de nouvelles solutions pour lutter contre ce phénomène.

Il a réaffirmé son attachement à la protection des côtes du pays, avec la même détermination et le même sérieux, tout en s’attaquant aux causes réelles qui poussent les jeunes à affronter le danger de ces voyages hasardeux.

“Il faut donner de l’espoir à la jeunesse tunisienne et l’encourager à créer des richesses dans son pays, afin de réduire la migration irrégulière”, a pour sa part déclaré Hichem Mechichi.

Et d’ajouter : “Notre but est de protéger notre jeunesse contre les dangers que représente le fait de prendre la mer pour poursuivre des rêves illusoires”.

“Nous avons doublé les moyens mis à la disposition de la Marine nationale à Sfax, en plus d’une unité aérienne pour la sécurité et la surveillance”, a également précisé le ministre de l’intérieur.

Hichem Mechichi a déclaré que les autorités italiennes se sont engagées à combattre ce phénomène au moyen d’une approche sécuritaire axée sur l’aspect social et sur le développement.

La fréquence de la migration irrégulière à travers les côtes tunisiennes vers l’Europe a augmenté depuis 2011, mais les autorités ont récemment resserré leur étau sécuritaire sur les organisateurs de cette migration.

Selon les chiffres officiels, 22 000 jeunes Tunisiens ont migré de façon irrégulière vers les côtes italiennes au cours de la seule année de 2011.

R I

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer