INFO-AUTO

Le cœur léger

Toyota GR Supra 2,0 litres :

Incarnant l’entrée de gamme, cette Toyota GR Supra 2,0 litres n’a semble-t-il pourtant rien à envier à la déclinaison équipée du six-cylindres. Nous avons voulu en prendre le volant pour en avoir le cœur net.

Cela faisait plusieurs décennies que l’on attendait le retour de la sportive, dont la quatrième génération avait marqué les esprits grâce notamment à son rôle-clé dans la saga Fast and Furious. C’est donc en début d’année dernière que laToyota Supra fit son grand retour, avec un style totalement revu et une mécanique empruntée à la BMW Z4. Une petite déception pour les fans du mythique coupé japonais porté au rang de star par Paul Walker, mais qu’importe, car le retour d’une sportive, ça ne se boude jamais, surtout quand elle est propulsée par un six cylindres. Mais un an plus tard, début 2020, la gamme s’est alors enrichit d’une déclinaison moins puissante, propulsée cette fois-ci par un quatre cylindres 2,0 litres. Plus accessible, cette variante ne sacrifie-t-elle tout de même pas le plaisir ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant son volant le temps d’un road-trip entre Paris et Trouville-sur-Mer.

La bonne nouvelle, c’est que cette déclinaison ne propose pas un style au rabais, et conserve tous les attributs qui rendent cette Supra si particulière. Si son style demeure très clivant, on ne peut pas le nier : elle ne laisse personne indifférent. Et c’est tout particulièrement vrai dans sa version limitée Fuji Speedway, produite à seulement 20 exemplaires uniquement réservée à la France, qui se distingue par sa carrosserie blanc métallisé, ses jantes noires de 19 pouces et ses coques de rétroviseurs rouges, entre autres. A l’intérieur, les amateurs seront ravis de découvrir une présentation très sportive, avec une sellerie noire et rouge, ainsi que des inserts en fibre de carbone. Bien sûr, les connaisseurs remarqueront que les commandes et le système d’info-divertissement est emprunté à BMW, mais qu’importe, car celui-ci reste très bon et surtout très simple d’utilisation. L’intérieur est quant à lui épuré et bien pensé, avec des boutons accessibles très facilement, tout étant regroupé sur la console centrale. De leur côté, les sièges à réglage manuel offrent une très bonne position de conduite quel que soit le gabarit du conducteur, ainsi qu’un excellent maintien latéral.

·Rassurer les puristes

Soyez tout de suite rassurés, cette Toyota Supra 2,0 litres ne perd en aucun cas ses qualités routières, et n’a pas à rougir face à la version plus haut de gamme, bien au contraire. Et pour cause, son « petit » quatre cylindres turbocompressé délivrant 258 chevaux (contre 340 pour le six cylindres) pour 400 Nm de couple a lui aussi de très bons arguments. Grâce à sa large plage d’utilisation, avec un couple maximal disponible entre 1 550 et 4 400 tr/min, il offre d’excellentes relances, notamment en sortie de courbes, tandis que les rapports très courts de la boîte de vitesse automatique à huit rapports sont un vrai régal. Mais si le 0 à 100 km/h abattu en 5,2 secondes est bien au-dessus des 4,3 secondes du « gros » moteur, c’est surtout sur les petites routes sinueuses que cette version se distingue, par son comportement plus agile. Son secret ? Un poids en baisse d’une centaine de kilos par rapport à la Supra 3,0 litres, mais surtout une meilleure répartition des masses, à 50/50. Celle-ci s’explique par un positionnement du moteur plus proche du centre du véhicule, offrant un comportement plus sain, mais tout aussi amusant. L’ensemble de la puissance est en effet toujours envoyé à l’arrière, permettant quelques petits dérapages lorsque l’on souhaite. Il faudra bien sûr se montrer toujours vigilant sur le mouillé, où l’on peut parfois se laisser surprendre en sortie de virage.

Profitant sur cette version Fuji Speedway d’une suspension adaptative, la sportive nippone offre une excellente tenue de route et limite la prise de roulis en courbes, tout en se montrant utilisable également sur de plus longues distances, et notamment sur l’autoroute. Seul le son constant de l’échappement ainsi que quelques bruits de roulement pourront rendre l’expérience un peu moins agréable. La motricité et la stabilité sont quant à elles assurées par le différentiel actif inclus dans le Pack Premium, permettant de passer les virages à des vitesses peu encouragées par le Code de la Route. Enfin, la direction comme le train avant sont quant à eux incisifs et réactifs, tandis que le freinage pourrait quant à lui être encore amélioré afin d’optimiser l’endurance.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer