Culture

Lounja aux cheveux d’or

Légende d’Algérie :

Il était une fois une très jolie princesse surnommée « Lounja aux cheveux d’or ». Elle était tellement belle que l’ogresse « el ghoula », en l’apercevant jouer, décida de l’enlever. Malgré les pleurs et les cris de la petite fille, elle l’emmena dans la forteresse où elle habitait et la jeta dans la plus haute tour.

La petite princesse ne pouvait pas se sauver car il n’y avait pas de porte, seulement une fenêtre par laquelle entrait et sortait l’ogresse. En fait, el ghoula se servait des longs cheveux de Lounja pour descendre de sa tour et, pour rentrer, elle appelait Lounja en chantant : »Lounja, Lounja, envoie-moi ta chevelure ».

Ainsi, ses cheveux lui servaient de corde pour escalader jusqu’à sa tour inaccessible. Un jour, un prince se promenant dans la forêt aperçut l’ogresse et décida de la suivre discrètement. Il la vit chanter quand soudain une superbe natte de cheveux dorés s’élança de la fenêtre. El ghoula la saisit et monta jusqu’en haut de la tour.

Etonné par ce manège, le prince décida de revenir le lendemain et, de nouveau, l’ogresse escalada jusqu’en haut de la tour grâce à cette merveilleuse natte dorée. Le surlendemain, il guetta tôt le matin quand l’ogresse fut partie et appela Lounja. Surprise d’entendre une autre voix, la princesse, devenue une belle jeune fille, se pencha et vit le prince. Subjugué par la beauté de Lounja, il lui sourit et lui promit de venir la sauver dans la nuit quand l’ogresse dormira.

Il prit une longue corde avec lui et escalada la tour. Une fois arrivé, il attacha silencieusement la corde à un pilier près duquel l’ogresse dormait profondément. Puis il fit descendre la princesse et glissa à ton tour le long de la corde. Une fois qu’ils eurent touché terre, ils entendirent soudain les hurlements de l’ogresse qui s’était rendue compte de l’absence de la princesse.

Vite, ils montèrent sur le cheval du prince qui galopa pour traverser le fleuve. En se retournant, le prince aperçut l’ogresse les poursuivant et essayant à son tour de traverser le fleuve. Le prince tendit sa main vers les eaux et dit : »Ô fleuve, mon ami, à Lounja, je veux sauver la vie ! Protège-nous d’el ghoula, te traverser ne la laisse pas ! »

Soudain, le fleuve gonfla ses eaux, de grandes vagues et tourbillons accompagnés d’un grand vacarme menacèrent l’ogresse qui tentait de rattraper le prince… En vain, car engloutie par les vagues, elle finit par se noyer.

Le prince arriva à son royaume acclamé par sa famille heureuse de la voir accompagné de la belle princesse. Quelques jours après, la princesse et le prince firent un très beau mariage et ils vécurent heureux très longtemps…

R C

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer