High-Tech

Facebook s’associe à Orange et ASN pour l’édification d’un câble sous-marin d’envergure

Facebook a fait appel aux services d’Orange et d’Alcatel Submarine Networks pour développer un câble reliant l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Europe.

Baptisé 2Africa, ce câble de 37 000 kilomètres de long devrait fournir près de trois fois la capacité totale du réseau de tous les câbles sous-marins qui desservent actuellement l’Afrique, comme l’a précisé Facebook. Il sera de fait le premier système de câble sous-marin à relier l’Afrique de l’Est et de l’Ouest par un seul système ouvert.

Le système, qui devrait être mis en service en 2023 ou 2024, aura une capacité nominale allant jusqu’à 180 Tbps. Il sera doté d’une technologie de multiplexage par répartition spatiale permettant le déploiement de 16 paires de fibres, ainsi que d’un multiplexeur optique d’insertion/extraction reconfigurable à commutation sélective en fonction de la longueur d’onde pour permettre une gestion plus souple de la capacité, et la profondeur d’enfouissement du câble sera augmentée de 50 % par rapport aux systèmes plus anciens.

·Alcatel Submarine Networks à la manoeuvre

« Les fournisseurs de services obtiendront de la capacité dans des centres de données neutres ou des stations d’atterrissage de câble à accès libre sur une base juste et équitable » dans le pays qui seront équipés de ce câble, comme l’a indiqué Facebook, à l’origine de ce consortium.

Un consortium qui reposera avant tout sur l’expertise technique du fleuron français Alcatel Submarine Networks (ASN), désigné pour construire le câble.

« La pandémie COVID-19 en cours a mis en évidence l’importance de la connectivité alors que des milliards de personnes dans le monde entier comptent sur Internet pour travailler, aller à l’école et rester en contact avec ceux qui leur sont chers », a fait savoir Facebook. Pour le géant américain, ce projet devrait s’imposer comme « un élément important pour faire progresser l’infrastructure de connectivité sur le continent africain, mais aussi un investissement majeur qui intervient à un moment crucial pour la reprise économique ».

L’investissement dans 2Africa s’appuie sur le partenariat entre Facebook et l’Internet Society pour créer davantage de points d’échange Internet à travers l’Afrique. L’objectif de ce projet est de faire en sorte qu’au moins 80 % du trafic Internet du continent provienne de l’Afrique d’ici 2020.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer